« Il y a plusieurs Sénégal dans le Sénégal » – Par Ndack Kane

En observant les réactions émanant des élections présidentielles de cette année, je trouve l’assertion très vraie.

D’abord, il y a les aînés qui en ont vu d’autres, qui ont vu le pays naître puis grandir et vieillir avec eux. Leur passion est sereine, sans la fougue dispersée d’antan, car ils ont compris avec l’expérience que l’ambition qu’il nourrisse pour le pays n’arrivera à maturité que dans une ou deux générations encore. Leur mission à eux est surtout d’en semer les graines et de s’assurer que la relève répondra “présente” lors des moments clés.

À côté, il y a les jeunes, qui constituent la majorité de ceux qui lisent ces lignes. Parmi eux, l’on peut distinguer les urbains et les ruraux. Les urbains sont très présents sur les réseaux sociaux et, parmi eux encore, l’on distingue une frange très active politiquement et économiquement: les jeunes urbains de la diaspora sénégalaise vivant en Occident. Ces derniers sont très nombreux aujourd’hui à ne pas comprendre les résultats des élections. Principalement parce qu’ils ont oublié qu’il y a le Sénégal qu’ils voient et, autour, il y a tous les autres Sénégal qu’ils ne voient pas.

De toute l’année, j’ai débattu de politique sénégalaise une fois sur les réseaux sociaux. C’était à propos des discours du candidat Ousmane Sonko, discours que je qualifiais de populistes. Le débat avait duré trois jours ! Beaucoup de membres de la diaspora oublient qu’ils vivent au sein de réalités différentes de celles de beaucoup d’autres de leurs compatriotes au Sénégal. Je dis toujours qu’une lecture politique aujourd’hui ne peut pas se faire sans tenir compte du contexte mondial dans lequel nous sommes.

En effet, ces 50 dernières années, la mondialisation a surtout profité aux pays pauvres et émergents et aux 10% les plus riches résidant dans les pays riches. Les pauvres dans les pays riches s’en sortent également un peu mieux. Mais une bonne partie de la classe moyenne stagne depuis des décennies. De plus, la mondialisation concerne non seulement le circulation des biens et services mais également celles des personnes (migrants) et des capitaux. Or, beaucoup d’immigrés sénégalais vivant en Occident font parti de ces classes moyennes populaires qui subissent actuellement la pression des plus riches. Ces classes moyennes populaires se tournent vers des candidats populistes car elles sont épuisées de se battre pour ne pas être des charges pour l’État (elles travaillent dur pour ne pas être des pauvres qui tendent la main, donc elles ne reçoivent pas beaucoup d’aides) mais, en même temps, elles croulent sous les taxes et les dettes de nos sociétés de surconsommation.

C’est dans un tel contexte que l’immigré sénégalais trouve quand même le moyen de prendre sur son revenu disponible net d’impôt, pour envoyer des fonds à sa famille au Sénégal, fonds qui vont servir à des dépenses de santé, d’éducation et autres investissements. Parfois les fonds servent également de dépense quotidienne pour se nourrir. Les immigrés qui ont des charges dans leur pays d’origine ressentent cela comme une double taxation. Le tout dans le silence: vous ne les voyez pas beaucoup manifester en Occident. Certains d’entre eux ont plusieurs emplois et une heure de manifestation, c’est une heure de paie en moins dont ils n’ont pas forcément le luxe de se passer.

Entretemps, au Sénégal, beaucoup disent: « Macky Sall est trop autoritaire, il y a trop d’entraves à nos libertés… mais il travaille fort. Nos conditions de vie changent. » Ce qui n’est pas faux. Mais quand est-il des conditions de vie de l’immigré sénégalais en Occident ? Combien sont-ils à être capables de payer une hypothèque pour leur logement en Occident, ce qui est un investissement pour leurs enfants nés là, s’il faut envoyer régulièrement des fonds au Sénégal ? Comment ressentent-ils les nouvelles sur la dilapidation des deniers publics là-bas sachant qu’ils ont peu d’actifs dans leur pays de résidence ? C’est très douloureux pour eux. Et la colère des classes moyennes populaires occidentales qui n’ont pas vu leurs conditions de vie s’améliorer en 50 ans leur parlent beaucoup. Voilà pourquoi les candidats qui expriment cette colère ont leur attention et leur écoute.

Mais on ne gagne pas une élection avec un discours basé sur l’impatience de la jeunesse et les réalités de sa diaspora hors continent. Pour gagner une élection, il faudra convaincre la majorité des Sénégal qui constituent le Sénégal.