Ils ont peur d’un régime Pasteef

Le discours de Wade n’est pas dénué de sens et d’enseignements. Mais l’effet de système n’en a laissé saisir qu’un seul mot: le feu. Et on l’a traduit plutôt par « violence ». Une simple question aurait permis d’échapper aux œillères du pacifisme « démocratiste »: c’est de se demander pourquoi Wade choisit à ce moment précis d’ignorer les risques évidents liés à son âge et la réputation qui va avec son statut d’ancien chef de l’État pour se battre contre un candidat sortant manifestement minoritaire dans l’opinion ? Wade ne sait il pas déjà que Karim Wade est définitivement hors course? Sa motivation ne peut donc être totalement ou uniquement personnelle ou affective.
Face à une quasi certitude quant à la victoire arrangée du parti au pouvoir, la seule alternative qui reste n’est elle pas d’enlaidir davantage le voleur et lui compliquer la tâche à défaut de pouvoir l’arrêter ?

Cette voie est d’autant plus tentante que l’on voit la quasi-totalité de l’opposition faire corps et se détacher de Sonko, certains ayant même affronté l’embarras de rejoindre le camp du Pouvoir. Si Pasteef est la seule véritable alternative qui se distingue de la tradition politique, quel autre raison y a-t-il derrière les ralliements (défiant toute logique) d’opposants en faveur du Pouvoir. Celle de Aissatata Tall Sall, de Malick Noel Seck… Les neopposants recalés par le parrainage sont eux partagés entre la coalition Idy2019 et le silence: abandon tacite ou refus inavoué de soutenir un alter ego qui a manifestement beaucoup plus de ressources et de réussite (Pasteef en l’occurrence)?

Tous font corps, opposants et Pouvoir, contre l’alternative que semble avoir désigné une bonne partie de l’opinion et des masses urbaines. Opposition et Pouvoir sont tous deux tétanisés par une peur viscérale : ils ont peur d’un régime Pasteef, un régime avec lequel le parti politique risque de ne plus rester un appareil de domination et un outil d’enrichissement illicite et de vie facile pour les évolués et les notables.

Aboubakr Tandian