JAMRA – AFFAIRE LGBT OXFAM: MISE-AU-POINT au frère Abou Diéye. Et pour que nulle n’en ignore!

Cher frère en Islam,
Vous nous avez publiquement interpelé, ce mardi 9/7 sur Facebook, sur de délicats sujets qui agitent présentement le landerneau social. Aussi, nous revient-il légitimement – parallèlisme des formes oblige – d’emprunter le même canal pour faire les mises-au-point qui suivent, afin que nulle n’en ignore.

Il nous semble injuste de votre part, Abou Diéye, de porter de si légères accusations de « recherche de scoop et de buzz », contre une organisation (JAMRA) créée en 1983, et qui a suffisamment fait ses preuves, en 36 ans de combats sociaux et de réalisations concrètes (un ouvrage est d’ailleurs en chantier sur le bilan de JAMRA). Comme il est tout autant INJUSTE ce procès d’intention que vous nous faites en affirmant avec autant d’assurance que nous nous sommes « autoproclamé médiateur ». Alors que, comme nous l’avons pourtant maintes fois répété dans les médias, c’est la direction régionale de OXFAM elle-même qui nous a joint au téléphone pour souhaiter de vive voix que JAMRA – qui avait déjà publié une déclaration de soutien en faveur du cadre limogé, Elimane Kane – vienne également recueillir la version d’Oxfam, afin de disposer de toutes les versions. Voilà la réalité.

Il me semble donc plus sage d’éviter à l’avenir d’accuser trop vite, comme vous le faites souvent, des responsables sur des sujets aussi délicats, sans prendre la précaution de vous renseigner au préalable. Et ce n’est pas une première. Vous aviez eu la même attitude sur le dossier des ex-travailleurs de Ama-Sénégal, avant de vous raviser quelques jours plus tard, en apprenant que JAMRA (que ces braves travailleurs avaient eux-mêmes sollicitée, pour offrir sa médiation) avait quand même réussi à décrocher un acompte de 260 millions sur les trois milliards fcfa que leur doit l’État.

Nous vous saurions également gré de cessez de dire que « JAMRA n’a pas plus de fibres patriotiques que les autres ». Un jugement péremptoire, simpliste et inutile, car nous n’avons jamais écrit ou tenu des propos aussi prétentieux, pour les modestes talibés que nous sommes. Et qui prient d’ailleurs chaque jour que Dieu fait de nous préserver de tels écarts !

Enfin, il ne nous viendra jamais à l’esprit de revendiquer la moindre volonté « d’embrigadement » envers quiconque, pour la simple raison que les champs de batailles contre les contre-valeurs et autres chantiers sociaux contre l’injustice et pour la solidarité active, sont vastes et immenses. Tout le monde y a sa place. Libre donc à tout un chacun de venir y faire ses preuves et la démonstration de ses « fibres patriotiques », comme vous dites. Autrement dit (et pour rassurer également Sokhna Salihati Salam et le frère Bachir Kane) Jaka diaa ngook, kou mou nééx nga nieuw nodeu. Jamra xatalou si kénn. Nay léér !

Barak Allahou Fik.