JOTNA : le projet « salafiste de société » pointe son nez.

Observations sur les mesures phares du programme politique, économique et social de la Coalition Sonko Président, dénommé JOTNA

I LES MESURES PHARES

A) Institutions

• Démissionner de la présidence du parti.

C’est une manière de conserver le Parti Etat, comme Diouf l’avait fait pour éviter de mettre fin au véritable cumul de la Fonction de Président de la République et celle de Chef de gouvernement avec le transfert au profit de ce dernier issu de la majorité parlementaire, la prérogative de « définir la Politique de la Nation » conformément aux recommandations des Assises nationales. C’est cela qui est conforme aux « Conclusions des Assises nationales »

• Supprimer les fonds politiques

C’est une arnaque sur fond de politique politicienne.
Il n’existe pas de « fonds politiques » dans la nomenclature budgétaire, mais bien des « fonds spéciaux » qui échappent au contrôle de l’Assemblée nationale. L’on ne peut pas donc supprimer quelque chose qui n’existe. Ce qu’il faut, c’est soumettre les « fonds spéciaux » au contrôle de l’Assemblée nationale, et les réduire s’ils sont exorbitants.

• Supprimer le HCCT, le CESE et le HCDS

C’est une remise en cause des recommandations des « Assises nationales » qui maintient le CESE et le HCTT comme Institutions de la République, mais aussi, pour le HCDS, une attaque contre les acquis des travailleurs qui, par leur lutte des décennies durant, sont parvenus à institutionnaliser le dialogue social entre l’Etat, le Patronat et leurs organisations sur les problèmes de l’entreprise , des rémunérations, de la sécurité sociales et des relations professionnelles.

B) Indépendance de la justice

• Retirer l’exécutif du conseil supérieur de la magistrature.

• Supprimer la tutelle fonctionnelle du Ministère de la Justice sur le parquet.

Les « Assises nationales » ont envisagé de telles dispositions dans le cadre d’un non cumul des fonctions de Président de la République et de Chef de l’Etat qui réduirait les prérogatives du Président de la République à ses fonctions régaliennes de Défense, des Affaires Etrangères, et de régulation des rapports entre les pouvoirs Exécutif, Judiciaire et Législatif pour préserver l’équilibre entre eux. Dans ce cadre, le Président de la République ne peut pas être « régulateur » et en même temps Président d’une Institution. Les Assises ont proposé une telle réforme de l’Etat tout en maintenant l’élection du Président de la République au suffrage universel direct qui diffère de ce type de régime au régime parlementaire.

C’est cela qui fait que les propositions du programme de la Coalition Sonko 2019 en la matière, instaurent le « gouvernement des Juges » qui ne répond devant aucune Institution de la République, pendant qu’ils ont le pouvoir de stopper le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif et de sanctionner ses membres. C’est un déséquilibre anti républicain entre ces trois pouvoirs.
Au Sénégal, selon les « Conclusions des Assises nationales », il ne s’agit pas « d’indépendance de la Justice » qu’il faut instaurer, mais bien d’un équilibre entre les trois pouvoirs.
Le souci légitime de carrière des Magistrats ne devrait pas entraîner leur indépendance vis-à-vis des deux autres pouvoirs. En République démocratique, ils sont inter dépendants.

C) Administration publique

• Faire un appel à candidature pour les postes de Directeurs et de Directeurs Généraux.

Interdire aux Directeurs et Directeurs Généraux toute implication dans la vie politique.

Ce serait livrer totalement l’Administration aux bureaucrates et technocrates sous prétexte de leur expertise, au moment où les peuples veulent exercer un contrôle, non seulement sur ses Elus, mais aussi sur les Grands Commis de l’Etat, et les travailleurs, sur la gestion de leurs entreprises et services.
Au lieu d’une Indépendance de l’Administration vis-à-vis des Elus de la Nation, il faut instaurer l’audition préalable, par la Commission de l’Assemblée nationale d’où relève le secteur concerné, de tout candidat aux fonctions de DG ou de PDG, et dans les hautes fonctions de l’Administration, pour asseoir de véritables bases pour le contrôle parlementaire de ces grands Commis de l’Etat.
C’est pour démocratiser l’accès à ses hautes fonctions que les « Conclusions des Assises nationales » ont prévu une telle procédure, dans le cadre de la séparation de la fonction de Président de la République et de celle de Chef de l’Etat.
Dans ce cadre, le pouvoir Exécutif émane de l’Assemblée nationale qui contrôle et valide tous ses actes qui découlent de la mise en œuvre de la Politique de la Nation qu’il a la charge de définir et d’exécuter.

D) Protection Mère-Enfant

• Porter le congé de maternité à 6 mois selon les modalités convenues avec les partenaires sociaux.

Ce serait programmer la perte définitive de l’emploi des femmes salariées dès qu’elles accouchent, et la meilleure façon de les exclure du marché du travail pour les confiner à domicile dans les tâches ménagères, conformément à la culture salafiste. C’est ce que le mouvement des femmes des Centrales syndicales a compris pour rejeter sans tarder ce piège islamiste qui leur est tendu.

• Reversement de la pension de la femme décédée à ses ayants droit.

Cette mesure, quoique progressiste, va disparaître au fur et à mesure que la femme sort du marché du travail salarié. C’est donc une mesure qui sert d’appât aux femmes.

• Recensement et identification des enfants de la rue à l’état civil et orientations dans les daaras publics modernes avec apprentissage de métiers dès le jeune âge.

C’est la voie royale à l’islamisation intégrale de la jeunesse en porte à faux avec les normes d’Education d’un Etat républicain laïc, tel que préconisent les « Assises nationales »

E) Economie

• Instituer un fonds de pension et d’un fonds d’investissement de la Diaspora.

Les fonds de pension sont des fonds spéculatifs qui visent à maximiser les profits de ceux qui y déposent une partie de leur revenu, au détriment de l’investissement productif. Ce sont eux qui sont à la base de la puissance du capital financier.
C’est un détournement des transferts des migrants vers la spéculation financière au détriment du soutien aux parents sur place et à l’amélioration de leurs conditions de vie. En outre, comme ultime acte d’allégeance au grand capital, il prévoit de réduire l’Impôt sur les Société de 30% à 23%

F) Secteur primaire productif

• Relancer les projets de revitalisation des vallées fossiles et construction du canal du Cayor et du Baol.

Une telle relance a déjà été tentée avant d’être abandonnée à cause des problèmes de conflit avec la Mauritanie dans la gestion de l’eau du Fleuve du Sénégal

• Réserver la mer territoriale (12.000 nautiques) à la pêche artisanale.

De même, cette disposition va mettre à mal le Sénégal avec la Mauritanie, la Gambie, la Guinée Bissau et la République de Guinée. Tous nos acquis de bon voisinage difficilement obtenus seront compromis. Il n’est pas possible de remettre en cause, unilatéralement, les limites des eaux territoriales des pays maritimes qui sont fixées par des conventions internationales sur la mer.
De telles mesures ouvrent la voie à une politique de conflits permanents avec nos voisins au risque de créer une instabilité dans notre sous-région, qui est déjà sous l’emprise du terrorisme islamiste.

G) Souveraineté économique

• Auditer et renégocier tous les contrats, conventions et accords défavorables à l’Etat du Sénégal.

• Mettre en œuvre un plan de sortie du CFA dans le cadre de l’UEMOA et de la CEDEAO, à défaut, en autonomie.

C’est un recul notoire par rapport aux positions radicales de recouvrement de notre souveraineté sur nos ressources minières, gazières et pétrolières, au besoin par la nationalisation, et notre souveraineté monétaire en sortant du CFA et battre notre propre monnaie ! C’est pour mieux cacher l’option véritable des gauchistes qui s’exprime malgré tout dans l’expression « …en autonomie », en rupture avec la démarche communautaire, voire panafricaniste.
Pourtant c’est ce radicalisme, qui s’est avéré être de façade, qui nous a été fourni par YAW de Madièye Mbodji, pour se démarquer des autres membres de la Confédération pour la Démocratie et le Socialisme !

CONCLUSION

A l’analyse de ce Programme, l’on s’étonne de voir qu’il est endossé par Cheikh Tidiane Dièye de la Société civile, Madièye Mbodji de YAW et Dialo Diop du RND, qui pourtant, se targuent d’être d’ardents défenseurs des « Conclusions des Assises nationales » sur les réformes institutionnelles, de la souveraineté économique et monétaire de notre pays, et de présenter le Candidat Sonko comme celui de la «rupture avec le système » comme le préconisaient les « Conclusions des Assises nationales » !

C’est à une véritable forfaiture que l’on assiste.

En effet, du point de vue institutionnel, ce projet est dans la trajectoire du maintien du Parti Etat qui repose sur le cumul de la fonction de Président de la République et celle de Chef de l’Etat, que Wade nous a légué, d’une bureaucratisation plus poussée de l’Etat dont les Grands Commis et le pouvoir judiciaire sont hors du contrôle des Elus de la Nation, donc soumis au contrôle du grand Capital et de ses lobbies.
Du point de vue économique, cette sujétion au grand Capital est traduite par l’énormité des « cadeaux fiscaux » qui lui sont réservés, et le projet de « détournement des transferts des migrants » vers la spéculation financière, qu’il contrôle au plan mondial.
Du point de vue social, le projet « salafiste de société » pointe son nez.
Du point de vue des rapports avec les pays voisins, leur dégradation est programmée pour créer les conditions d’une déstabilisation extérieure de notre pays qui est pourtant sous la menace jihadiste.
Ainsi, il est incontestable que nous avons dans cette “coalition Sonko Président 2019” , «une alliance de couches moyennes petites bourgeoises d’extrême gauche, et d’extrême droite salafiste », qui, sous le couvert d’un « nationalisme chauvin » baptisé allègrement « les Patriotes », aspirent à prendre le pouvoir dans notre pays en faveur de la Présidentielle du 24 février 2019.
Leur barrer la route devient une exigence républicaine, démocratique et patriotique.

Ibrahima SENE PIT/SENEGAL
Dakar le 21 Février 2019