Juventus : Cristiano Ronaldo a reçu un message rassurant avant son retour à Madrid

33 ans après la disparition du Professeur Cheikh Anta DIOP je relis dans ma vieille bibliothèque et partage avec vous ces lignes tirées de l’édition de 1974 de son ouvrage paru en 1960 et intitulé: Les Fondements économiques et culturels d’un Etat fédéral d’Afrique Noire,Paris, Présence africaine.

 » Nos idéologues n’ont pas su faire progresser d’un pas la théorie révolutionnaire en Afrique Noire. En effet, serait-on armé d’une méthode scientifique d’analyse aussi féconde que la dialectique marxiste (à supposer qu’on l’ait suffisamment assimilée), qu’on l’appliquerai en vain à une réalité que l’on ignore totalement. Or, pendant longtemps, nombre de compatriotes ont cru pouvoir faire l’économie d’une connaissance approfondie de la société africaine et de l’Afrique sous tous leurs aspects : passé, langues, ethnies, potentiel énergétique, matières premières, etc.Aussi, les conclusions auxquelles on aboutit sont-elles souvent d’une banalité navrante, lorsqu-elles ne sont pas purement et simplement erronées.On croit pouvoir ainsi suppléer à l’absence d’idées, de souffle, de perspectives révolutionnaires par un langage injurieux, extravagant et ténébreux, oubliant que la qualité essentielle du langage authentiquement révolutionnaire est la clarté démonstrative fondée sur l’objectivité des faits, leurs rapports dialectiques, et qui entraine irrésistiblement la conviction du lecteur lucide.
C’est en février 1952, alors que j’étais Secrétaire Général des Etudiants du R.D.A. que nous avons posé le problème de l’indépedance politique du continent noir et celui de la création d’un futur Etat Fédéral.(…)
Il est certain qu’à l’époque, les députés malgaches et le leader camarounais , Ruben Um Nyobé, mis à part, aucun homme politique africain noir francophone n’osait encore parler d’indépendance, de culture, oui de culture et de Nations africaines.
(…)
Si les priorités indiquées dans ce livre avaient été prises en considération, au moment opportun, surtout en ce qui Lconcerne l’équipement hydroélectrique, l’Afrique Noire serait aujourd’hui à l’abri des difficultés économiques engendrées par la crise du pétrole et la sécheresse.
Un pla rationel d’industrialisation consiste à équiper d’abord les immenses sources d’énergie dont la nature a doté l’Afrique et à rendre ainsi possible tout le processus de développement: au commencement est l’énergie, tout le reste en découle. Si l’utilisation de cette énergie abondante est un problème pour les sociétés privées qui se placent sous l’angle de la rentabilité externe, pour un pays en voie de développement, devant stimuler de multiples activités et créer tous les organes indispensables pour son entrée dans l’ère industrielle, l’idée d’un excédent d’énergie est un non-sens; »