La bourde de Boun: la case de Mickey à feu!

Jamais dans l’histoire politique, pourtant mouvementée du Sénégal, on n’a jamais vu un Directeur de campagne, premier ministre de surcroît, monter au créneau et décréter la victoire de son candidat. Insulte sans précédent à la sanctuarite de la volonté populaire.
Mais du Boun Abdallah Dionne tout cru ! Comme il l’avait déjà montré quand, en dépit des intérêts nationaux menaces, il avait forcé le pauvre cupide Mickey à brader à Total nos blocs petrogaziers de Rufisque. Moyennant des commissions versées, rapporte-t-on, sur des comptes à Abu Dhabi.
En réitérant sa désinvolture sur une matière aussi essentielle qu’un processus électoral visant à élire un Président de la Republique, Dionne a dépasse les bornes. Au point de forcer la somnolente Cena à lui rappeler qu’il n’est pas qualifier à donner des résultats. Et à pousser le magistrat Kandji, qui doit donner les résultats officiels, à formellement rejeter les 57 pour cent qu’il a voulu, contre toute décence, attribuer à son patron de candidat.
Boun rime décidément avec bourde pour ne pas dire merde !
Quel type, incapable même de lire le silence apeuré des gens les plus bruyants de cet Apr, parti au pouvoir qu’il n’a rejoint qu’après que la table du banquet du pouvoir fut installé.
C’est le propre des traitres, des putes: il leur faut prouver leur fidélité, comme le pire des chiens galeux!

Signe des temps: aucun des hiérarques, aucune des grosses pointures, nul parmi les grandes gueules classiques de l’Apr n’a osé clamer la victoire au premier tour.

Un deuxième tour est une demande, une exigence nationale: Macky Sall le sait, qui fait déjà, abondamment, dans sa culotte
Armée, instances électorales et judiciaires, la bourde de Boun nous excite davantage dans notre détermination à voir traduits par un vote de clarification, les résultats déjà exprimés au 1er tour.
Le 2eme tour est un pré-requis au sauvetage de notre démocratie et cela nous y tenons comme à la prunelle de nos yeux.
Wassalam !