Il ne lui reste que ça: jouer à l’écolo, à l’afficionado, au protecteur des…femmes, bref tenter de détourner l’attention d’autres urgences, dans une stratégie de diversion, hypocrite, symbole de son échec.
C’est la technique de la dérivation connue de tous les petits dictateurs s’agitant comme ils peuvent pour que le débat soit déplacé.

Spectacle
Hier donc, c’est à cela qu’il s’est consacré en découvrant soudain les vertus du nettoyage des rues, par pelles et fourches, au milieu de voisins convoqués ou pressés de profiter de ce moment pour enfin soumettre leurs soucis. Le spectacle, sans aucune originalité parce que tenté ailleurs et déployé au début des années 1990 au Sénégal, sous l’ancien Président Diouf, ne va pas inverser la courbe de la rêche réalité que vivent les populations.
La diversion, c’est aussi mobiliser la république toute entière pour fêter la victoire prévisible, somme toute banale, de notre grand foot-balleur, méritant, Sadio Mané, au ballon d’or africain. Comme si l’an dernier, à pareille époque, l’Egypte avait réuni tous ses citoyens pour en faire de même pour sa vedette locale, Mo Salah qui l’avait remporté. Dans cette fête volée en profitant du sacre de l’enfant de Bambali, au sud du pays, je ne peux oublier qu’un conseiller du primate ministre des sports, Matar Bâ, m’a envoyé la semaine dernière un message pour me solliciter dans un appel à la détresse pour construire des latrines au profit d’un de ses potentiels électeurs de Niakhar, dans le Sine. Ce dernier n’avait pas où faire ses toillettes. Il se devait de partager un cadre accessible à tout instant à ses petites filles. Voilà donc ce ministère des sports qui fait la fête autour d’une médaille pendant que rien, absolument rien, n’est venu améliorer l’ordinaire du peuple qui’il convie à la réjouissance.
Même la très sérieuse question des viols de femmes, de la pédophilie, des crimes sociaux semble être devenue un sujet pour faire l’impasse sur la réalité du pays. En faisant voter à la hussarde, par un Parlement aussi obséquieux qu’irresponsable, la loi couvrant ces défis, à la fin de l’année par son faussaire ministre de la justice, le menteur, prédateur sexuel et ethniciste avocat n’ayant jamais pratiqué à Londres, plus agent de renseignements et proxénète que professionnel du droit, le gouvernement sénégalais ne tente rien d’autre que de toucher la fibre sensible de publics, considérés comme faibles, pour les gagner à sa cause…perdue.
Ce n’est jusque dans la faillite du secteur énergétique où gigote le génie de l’arnaque démasqué, le Makhouilleur Cissé, que ne se manifeste le zèle divertisseur d’un pouvoir ayant perdu le nord. En plus d’avoir embarqué dans ses magouilles des firmes, comme KPMG et MAZAR, désormais justiciables des instances IFRS, Makhtar Cissé s’évertue d’ajouter sa touche à la diversion ambiante. Il se fait le grand chantre des énergies renouvelables. Et qui trouve-t-il pour présider l’instance privée chargée de les promouvoir ? Nul autre qu’un Abdou Girouette Fall, l’instituteur qui risque de faire davantage rater au Sénégal la bataille sur l’un des enjeux définissant son futur.
Les militaires argentins, on s’en souvient, avaient déclenché il y a 40 ans la guerre des Malouines pour faire oublier leurs soucis intérieurs. En assassinant un général Iranien, avant-hier,Trump fait monter la mayonnaise, ailleurs, afin d’enterrer le débat sur sa destitution à domicile, sans craindre de créer les conditions d’une guerre internationale. Et, partout dans le monde, les politiciens impopulaires, aux abois, font dans le détournement des esprits.

Esquive
Le problème dans le cas du régime de Macky Sall, c’est que c’est trop peu, et surtout trop tard. Dans quelques jours, les flonflons éteints, quel sénégalais ne va pas le juger à travers le prisme des factures d’électricité impayables, onéreuses? Les retraités se retrouveront sans le sou pour vivre, les entreprises verront leurs marges plus que rognées, détruites, en déficit, les travailleurs ne pourront plus faire face. Le pays entier ne peut vivre avec cette réalité étouffante venant alourdir la facture sur la fiche de la faillite nationale que rien ne peut résorber tant elle est lourde…
Ce ne sont donc pas des entourloupes, mettant du reste en avant sa famille, preuve du népotisme ambiant, qui sauveront sa peau. Ni son PSE, Plan Sénégal Esquive, manoeuvre désespérée pour distraire et divertir, qui effacera des têtes qui’l ne parle plus de son PSE, Plan Sénégal Emergent. Comme il le faisait à tue-tête, il y a un à peine un peu plus d’un an, quand, revenant du Groupe consultatif de Paris, il clamait avoir mobilisé un océan de milliards prêts à déferler sur le Sénégal. On lui avait promis près de 10000 milliards de francs CFA. Promesse non-tenue !
Désormais, ne voyant rien venir à l’horizon, le pays étant à court de sous et souffle, le voici assis sur une montagne de dettes, réduit à courir derrière emprunts obligataires et aides budgétaires extérieures pour boucler les fins de mois d’un Etat impécunieux, il ne peut plus que contempler, impuissant, son Plan Sénégal Embourbé.
Son 24 de traitre rédigé sur son casque en faisant foi, il continue sa folle sarabande en irresponsable, perdu, faisant face à l’arrivée d’une monnaie de singe, dans une totale impréparation, et confronté à la furie d’une population gagnée par une insatiable colère.
Il abat maintenant son ultime carte, sous forme d’arme, celle de la diversion.
Les Sénégalais, fous de rage, face à ses ni-ni, clair-obscur, à ses entrechats, l’attendent, pelles et fourches en mains, au coin de la rue, pour lui régler son compte. Son spectacle, même avec les sketches de Malick de Funès et Makhouille Cissé, ne fait plus rire.
Remboursez, et dégagez, dit le peuple !

Adama Gaye, Le Caire, 5 Janvier 2019

PS: J’apprends à l’instant, en concluant ce texte, que trois jeunes étudiants, des garçons, ont été arrêtés parce qu’ils s’adonnaient à la prostitution masculiine. Terrible preuve qu’ils n’avaient plus de choix pour survivre!