LA GÉNÉROSITÉ DE CHEIKH AHMAD TIJAAN SY AL-MAKTOUM !

 » Ma banque avait décidé de saisir et vendre ma maison sise Domaines (Guediawaye) suite à une créance que je n’avait pas soldée. Déboussolé, je suis parti voir Serigne Mansour Sy Boroom Daraji pour lui expliquer ma situation. Lorsque j’ai fini de parler, Il me dit : tu sais Mar, je vais te répéter la phrase que mon homonyme avait l’habitude de dire. Bien que je porte de beaux habits, je ne suis pas riche. Mais je vais t’orienter vers une personne qui va t’aider. Je n’ai aucun doute qu’il donnera suite a ta requête. Cette personne c’est Serigne Cheikh Ahmad Tijaan Sy. Ainsi, Il rédige une lettre et me dit : tu la donneras à Baye Omar Samba

Une fois chez Serigne Cheikh, j’ai remis la lettre à Baye Omar Samb tout en lui expliquant qu’elle est destinée à Serigne Cheikh. Alors, Il me dit : né pars pas, reste la ! Ainsi, Il part, revient et me dit : il a dit que tu peux revenir demain matin à 9h. Le lendemain matin, je me suis pointé à 9h. Lorsque Baye Omar Samb m’a annoncé, alors il lui dit que je peux venir. Déjà l’accueil qu’il m’avait réservé, était d’une autre dimension. Assis, calme, Il me demande : Mar qu’est ce qui se passe ? Alors, j’ai commencé à lui exposer mon problème. Des que j’ai fini, Il me dit : Mar n’emprunte plus la banque. Elle est sans état d’âme. Elle humilie un homme libre. Ainsi, Il se lève et me dit : attends, j’arrive ! Revenu, Il me tend une enveloppe et me dit : tiens ! Tu peux acheter de l’essence. Demain, tu reviendras à pareille heure. A ma sortie de la maison, j’ai ouvert l’enveloppe, alors j’ai vu qu’il avait mis dedans 2 millions de francs cfa. Très content, l’esprit tranquille, je me suis dit le soir, je vais pouvoir dormir tranquillement, car les 2 millions augure une bonne nouvelle pour demain.

Le lendemain matin je me suis pointé devant la porte à 9h. Ainsi, Baye Omar Samb m’a accompagné jusque dans le salon où j’ai trouvé Serigne Cheikh. C’est ainsi qu’il me remet une enveloppe et me dit : c’est 30 millions francs cfa. Tu peux payer la banque. Et puis, Il me remet à nouveau une autre enveloppe et me dit : c’est 30 millions. Tu pourra les utiliser pour tes activités, car si tu aides un homme libre à payer ses dettes, tu dois aussi l’aider à travailler.  »

( Anecdote racontée par Sherif Aidara, source Mar Faye, transcription M.Moustapha Diop)