La nouvelle Génération du Concret… (Par Oumar Ndiaye)

Faut il encore parler de PDS ou de Génération du Concret? C’est quand même un parti très bizarre où les variables acceptent d’avaler toutes les couleuvres, toutes les fantaisies de la seule constante.

Le plus gros de la troupe a accepté, contre toute logique politique, de ne pas aller à la présidentielle passée. Sur ce coup là WADE a voulu imposer son fiston chéri comme candidat alors même que ce dernier ne pouvait pas vu son passé judiciaire. Aujourd’hui, il en fait le secrétaire général du parti pour espérer forcer le pouvoir à lui accorder une amnistie qu’il n’aura pas de toute évidence. Mais le PDS /GC nous a habitué à sa faculté d’accepter les situations les plus invraisemblables.

On se rappelle du fameux quart bloquant que WADE avait voulu nous imposer pour assouvir sa volonté de dévolution monarchique du pouvoir. En fait la devise du parti est: »Ce WADE veut, Dieu le veut ». Ce fiston na jamais été d’aucune bataille politique. Il n’avait pas participé au sacre de son père car il avait osé déclarer que « ce vieux ne gagnera jamais ».

Tous ceux qui ont vraiment hypothéqué leur vie, leur argent, leur jeunesse sont à présent laissés sur le carreau au profit de ce fils dont le seul mérite est d’être le fils de son père. Une fois au pouvoir avec son père, Karim Wade s’est comporté comme un enfant gâté qui s’est amusé à déconstruire tout ce que son papa avait patiemment bâti durant deux décennies. Il avait osé et ouvertement, vampirisé le PDS en créant la fameuse Génération du Concret.

Tous les historiques du PDS sont soit expulsés soit sans aucune influence dans le parti. Pour les beaux yeux de son enfant gâté il a perdu le pouvoir et pour son hypothétique arrivée au pouvoir, il est en train de tout faire à l’envers. Le PDS est mort pour que vive la Génération du Concret. Pape Samba MBOUP, Farba SENGHOR, Oumar SARR et cies sont mis à mort sur l’autel de la folle ambition d’un père pour son fils. Le père a été trop aimant et le fils aura été trop peu intelligent. Quelle histoire !