LA PAIX Le plus précieux arbre de notre jardin

Déjà, à l’occasion du Gamou de Tivaouane 2018, placé sous le signe de la paix, le Khalife avait délivré son appel, largement relayé et commenté par la presse. Depuis lors, presque toutes les autorités religieuses et coutumières du pays ont suivi son exemple. Ensuite, avec le rejet, par le conseil constitutionnel, de plusieurs candidatures à la présidentielles du 24 février 2019, l’effervescence dans l’espace politique monta d’un cran. Elle monta d’avantage avec le démarrage de la campagne électorale et le retour de Me Wade. Aujourd’hui, alors que la campagne boucle sa première semaine, milices politiques et gardes rapprochées prolifèrent et sévissent et la violence fait ses premières victimes. Je donne ici mon humble avis sur le sujet à travers l’extrait de texte que voici écrit en janvier 2012, à la veille des élections présidentielles de l’époque :

En vérité, la paix représente pour la société ce que la santé représente pour la personne. Car, tout comme l’individu a besoin d’une bonne santé pour vivre sainement et réaliser ses ambitions, le corps social a besoin de la paix, le plus précieux arbre de notre jardin. Mais un arbre aussi lent à grandir que facile à abattre. Car la paix n’est pas qu’un mot, qu’un slogan, qu’une incantation, mais un désir sincère, mais un comportement, mais une création continue. Elle ne se décrète pas, elle se secrète, se construit patiemment avec foi, par l’éducation, la formation et le travail. Et cela, les jardiniers, les éducateurs et les médecins le comprennent d’instinct qui savent, à l’instar des poètes, que celui-là qui rêve d’une rose et qui veut en jouir doit planter une graine et l’entretenir, que l’enfant qu’on oublie d’éduquer régresse, pourrit et pourrit la communauté et que la maladie qu’on néglige s’aggrave et tue. Et mon père a raison qui me disait : « Sème la paix, cultive la. Parce que quoi que tu puisses récolter, tu ne possèdes rien si tu n’as pas la paix ». Car, pensent les wolof, la paix est plus importante que tout ce qui n’est pas elle. Sans la paix, le paradis ne serait plus le paradis. Avec la paix, l’enfer ne s’appellerait plus l’enfer.

Mais qui véritablement veut la paix doit se garder de faire du tort à ses prochains. Car, on ne peut pas distribuer coups de poing et coups de pied à ses voisins et être en paix. On ne peut convoiter le bien d’autrui, salir sa peau, ternir sa réputation et chanter la paix. Oui, osons le dire et le répéter, cet arbre-roi qui offre fleurs délicates aux effluves enchanteresses, fraîche ombrage et fruits délicieux a un coût, un terreau devrais-je dire ou mieux une semence, qui s’appelle bon voisinage, respect de l’être humain et de ses droits, respect des lois, règlements et institutions régissant notre « commun vouloir de vie commune », amour de la vérité, de la beauté et de la bonté, et cheminement de tous sur le droit chemin tant chanté par les prophètes. « Guide-nous dans le droit chemin » prient plusieurs fois par jour les musulmans à l’adresse de Dieu qu’ils appellent aussi « Ya Salaam » (La Paix). Tandis que la Bible fustige « ceux qui abandonnent les sentiers de la droiture pour marcher dans les chemins ténébreux » et nous enseigne qu’ « un homme intelligent emprunte le droit chemin ». Cheikh Ahmadou Bamba, fondateur de « Daru Salaam » (La Cité de la Paix), de confirmer : « La paix est avec celui qui est sur le droit chemin ». Seydina Limamou Laye, fondateur de la cité dite « Diama Laye » (La Paix de Dieu) de lancer cette injonction : « Méfiez-vous de ce qui peut en vos cœurs engendrer la haine et l’inimitié ». Avant de recommander : « Renforcez vos relations par l’amour, car les habitants du paradis s’aiment ». Cheikh Ahmed Tidiane Cherif d’enseigner : « Si vous êtes calomniés, ne calomniez pas ». El Hadj Malick Sy d’interroger : « Jeter du bois mort dans un incendie, n’est ce pas attiser le feu qui flambera de plus belle ? ».

Mais se désole Antoine De Saint Exupéry, « le malheur de notre temps, c’est que tous les ambitieux aiment le pouvoir pour lui-même » – ainsi que l’argent facile et le confort matériel, pourrait on rajouter. Et, pour la conservation ou la conquête du pouvoir, pour le gain facile et l’acquisition des biens matériels, ils n’hésitent pas à emprunter les ruelles fangeuses, obscures et tortueuses, à calomnier, à insulter, à tricher, à user de la force brutale et même à tuer, les ambitieux qui oublient que l’équité est primordiale et que la guerre est une maladie ; qui ne savent pas qu’on ne peut pas éteindre le feu avec de la braise ni éclairer la nuit avec des ténèbres et que la violence n’est pas une solution, mais bien plutôt un problème à résoudre ; et qu’être violent ne signifie pas forcément être fort, car la violence, souvent, est le fruit de la peur. Hélas, ils fuient le dialogue et la concertation et raisonnent plus en termes de parti politique à consolider qu’en termes de pays à construire, en termes de militants à recruter ou à récompenser qu’en termes de populations à sortir de la pauvreté, en termes de voix à compter qu’en termes de voix à écouter. Ainsi, aveugles et sourds à tout ce qui ne flatte pas leur ego, ils dressent partout et toujours des barricades ou des barrières policières, jamais des passerelles, oubliant cette sagesse de Nelson Mandela appelant à la collaboration en ces termes : « pour faire la paix avec un ennemi, on doit travailler avec lui, et il devient notre associé ». Car il ne comprend que trop, le sage, que de la collaboration seule naît l’amitié et la fraternité véritable. « Rendez le bien pour le mal, et vous verrez votre adversaire se transformer en protecteur et en ami », enseigne le prophète de l’Islam, notre Seigneur Mohamed, pour qui « après la foi, l’essentiel, le raisonnable est d’aimer les hommes et de faire le bien tant au bon qu’au méchant ». Le prophète Jésus d’enseigner qu’après l’amour du Seigneur, ton Dieu, « tu aimeras ton prochain comme toi-même ». Et le prédicateur de prédire : le jour où le pouvoir de l’amour surpassera en nos cœurs l’amour du pouvoir, nous connaitrons la paix véritable.

ABDOU KHADRE GAYE