La presse, talon d’Achille de la démocratie électorale du Sénégal

Tous les problèmes qu’il y a eu après la fermeture des bureaux de vote nous les devons à la presse. Des journalistes de médias audiovisuels privés ont eu du mal à dissimuler leur compromission morale ou leur peur d’assumer leur responsabilité d’analyser et d’exposer clairement les résultats tendanciels (et non tendancieux, comme l’ont fait Gfm, Rts et les médias français). Cette élection présidentielle a révélé au grand jour le degré de corruption morale de la presse audio-visuelle ainsi que l’étendue de l’incompétence de la plupart des journalistes, reporters et chefs de desk.
On a vu des journalistes, surtout des femmes, se donner beaucoup de peine pour empêcher à leurs collègues et invités experts sur le plateau de conclure à un second tour, même si c’est ce que laissaient croire de façon nette les compilations des tendances communiquées par leurs propres reporters depuis les bureaux de vote.
Les relations amicales, matrimoniales et ludiques entre les femmes présentatrices ou chefs de desk avec des hommes politiques, marabouts politiciens ou entrepreneurs ont sans aucun doute contribué à polluer l’esprit et l’action de la presse durant tout le processus électoral et peut-être même avant. Il faut se l’avouer, c’est préoccupant pour un pays comme le Sénégal de devoir compter sur une presse aussi carente moralement et intellectuellement, et surtout, dont les patrons et les employés féminins ont fait l’objet d’un haut degré d’incorporation dans les réseaux d’opportunité et/ou de sociabilité du régime, du système d’autoritarisme bureaucratique tout court.