Je disais récemment qu’il n’était pas nécessaire d’avoir fait sciences Po. l’ENA, polytechnique ou Maths sup. pour savoir vers qui irait le soutien de Wade.

Ceux avec qui j’ai eu à discuter en privé, en attendant l’officialisation du soutien par Wade lui-même, en savent quelque chose.
Pourtant je n’étais point dans le secret des dieux; j’ai simplement suivi la trajectoire et la « logique » de Wade.

Il vient de rencontrer le candidat Ousmane Sonko à qui il a lancé devant toute l’assistance « Il me rappelle ma jeunesse » avant de lui demander de foncer jusqu’au bout avec courage.
Ensuite c’est le tête-à-tête ! Pour le reste « Yalla reka kham ».

À présent regardons à la loupe les différents actes posés par Wade et leur chronologie pour suivre « sa logique » et sa sa démarche même si celle ci est parfois déroutante et incompréhensible.

CHRONIQUE DE LA STRATÉGIE DE WADE !

Dès son débarquement sur le tarmac de l’aéroport Blaise Diagne, Wade a engagé une opération de démonstration de popularité histoire de montrer qu’il draine encore des foules, qu’il harangue encore la jeunesse au point d’éclipser la campagne électorale en cours.

Cette opération était destinée à montrer par ailleurs qu’il a un électorat fidèle qui suit à la lettre ses consignes de vote :
L’exemple le plus éloquent pour ça c’est
lorsqu’il demandait à ses militants de brûler leurs cartes d’électeurs.

Aussi surprenante que cela puisse paraître, cette bizarrerie était néanmoins une opération de communication politique.
c’était juste pour tester jusqu’où ses inconditionnels étaient prêts à respecter ses consignes et montrer aux autres que ses consignes de vote seraient respectées à la lettre.
La réaction d’approbation de ses inconditionnels lorsqu’il a dit ça est très révélateur sur leur zèle à foncer tête baissée lorsque le Pape du « Sopi » donne une consigne.
C’est une stratégie de communication politique et chez Wade tout est « COM ».

Ensuite il fait une tournée pour dénigrer Macky Sall l’accuser de vouloir fomenter un hold-up électoral en organisant des élections qui jurent d’avec la transparence et la sincérité d’un scrutin régulier.
Il l’accuse d’avoir tout préparé pour passer au premier tour.
Sous ce registre il faut signaler la gêne et l’inconfort du Khalife général des mourides, un homme connu pour sa pudeur son « kersa », devant cette opération de « bashing » qui n’honore point son statut d’ancien chef de l’Etat et que certains qualifieraient de « bass… ».

Pendant toute cette phase Wade cristallise toutes les attentions, du pouvoir, de tous les États-majors des candidats à l’unanimité, de la presse, du peuple, des analystes politiques bref de tout le monde autour d’une seule et unique question :
qui va t-il soutenir?

Il fait durer le suspense alors que les tractations ont déjà eu lieu depuis longtemps loin des yeux et des oreilles indiscrètes. J’ai eu à le dire à tous ceux avec qui j’ai abordé la question en privé.

Après seulement il s’affiche avec le candidat Sonko : le message est clair !
C’est pour dire qu’avec son soutien à Sonko, ses militants vont voter massivement pour lui et Macky Sall ne pourra en aucune façon justifier un passage au premier tour.

QUID DE SONKO ?

Et Sonko dans tout ça ?
Il commence à essuyer des critiques du genre « il ne devrait pas s’afficher avec Wade car Wade c’est le père du système et il s’est érigé en anti-système, c’est une incohérence ».

Sonko même s’il est novice sur la scène politique est très loin d’être le dernier de la classe et en terme d’intelligence politique je le placerai à droite du milieu sous la courbe de Gauss.
Il a compris véritablement ce qu’est la Real-politik !
Eh oui Sonko est rattrapé par la Real-politik.

Un concours de circonstances a fait que son combat et celui de Wade se rejoignent et ont des atomes crochus : éliminer cette oligarchie meme si leurs mobiles et leurs motivations respectifs sont complètement différents.

Wade mène son dernier combat contre tous ceux qui ont torpillé son plus grand rêve de mettre sur orbite son fils, promouvoir la jeune génération (souvenez-vous du concept « Génération du concret » dont le nom est assez évocateur) et « effacer » de la scène politique tous les « dinosaures »
(Il les connaît tous et il a beaucoup contribué à nous montrer leurs vrais visages de prédateurs mus par leurs intérêt exclusifs, adeptes de la transhumance qui mangent à tous les râteliers).

Par ailleurs il garde une véritable rancoeur pour ses anciens « fils » proches collaborateurs :
– Idrissa Seck : il a été le tout premier avant tout le monde à dévoiler et à combattre le projet de mise sur orbite de Karim Wade au moment où personne ne voyait que dalle. (Wade ne disait-il pas de lui qu’il est le jardinier de ses rêves ?).
Il ne lui pardonnera jamais cela et il l’a montré à plusieurs reprises.

– Macky Sall : wade estime qu’il l’a placé sur l’ascenseur politique et lui a permis de gravir les échelons et qu’en retour il s’est allié avec ses meilleurs ennemis (Niasse et Tanor) pour le combattre, l’humilier et emprisonner son fils.
Pour cela il est prêt à tout pour lui porter l’estocade avant de se retirer de la scène.

Sonko quand à lui n’est pas neu-neu ; il sait pertinemment qu’il a deux types d’adversaires en face de lui :
Le pouvoir et des adversaires dans l’opposition (nioukoy bayi khel bou Bakh).

Sous ce registre il est conscient que le seul soutien dont il peut bénéficier avec certitude c’est celui de Wade pour la simple et bonne raison que les intérêts de Wade du moment convergent avec les siens.

J’ai parié que si on en arrivait à un second tour entre Macky et Sonko, vous verrez que beaucoup parmi ceux qui s’opposent aujourd’hui à Macky Sall et déclarent œuvrer pour le chasser du pouvoir, lui apporteraient leur soutien face à Sonko.

Et le plus cocasse c’est qu’ils allégueront une prétendue absence d’expérience de la gestion de l’Etat chez Sonko pour essayer de justifier leur revirement spectaculaire, parce qu’ils sont du « Système » et vont faire bloc pour la survie du « Système ».
Ça c’est mon intime conviction et ça n’engage que moi.

Le leader de « Gueum sa Bop » lui n’a pas attendu un éventuel second tour pour nous servir un retourné acrobatique digne des célèbres « bicyclettes » d’Amara Simba.

Maintenant pour finir la grande équation qui taraude mon esprit c’est quelle est la contrepartie de Sonko au soutien de Wade?
Il faut être d’une cécité intellectuelle monumentale pour penser que Wade fait tout ça par philanthropie.
Qu’est-ce que Sonko offre en retour à Wade ?

L’avenir nous édifiera bientôt Ine Shaa Allah.