La Tanzanie résout son différend fiscal avec une entreprise d’extraction d’or

Le gouvernement tanzanien a réglé un différend fiscal de plusieurs millions de dollars avec la société canadienne Barrick Gold.
Il avait été interdit à la société d’exporter des matériaux et avait été frappée par une énorme facture d’impôts.
Dans le cadre du règlement, il donnera au gouvernement une participation dans ses mines et la moitié de toutes les redevances.
Cet accord constitue une avancée décisive pour Barrick et pour la Tanzanie après trois années de conflit qui ont vu chaque partie perdre des millions de dollars en bénéfices.

Dans le cadre de cet accord, qui attend l’approbation du procureur général de la Tanzanie, les deux parties ont formé une société, Twiga Minerals, qui gérera trois mines précédemment détenues par Barrick.
Barrick a accepté d’accorder à la Tanzanie une participation de 16% dans les mines, soit la moitié de ses redevances.

Les relations entre la Tanzanie et Barrick se sont dégradées en 2017 après que le président John Magufuli a lancé ce qu’il a appelé une « guerre économique » contre des sociétés minières étrangères, qu’il accusait de ne pas payer suffisamment d’impôts et de redevances.

La répression a mis fin aux exportations de concentrés de Barrick. La société a également été touchée par un montant de 190 milliards de dollars (146 milliards de livres sterling) pour ce que les autorités tanzaniennes ont déclaré être des impôts impayés, des pénalités et des intérêts accumulés les années précédentes.
En ce qui concerne l’accord, la société paiera 300 millions de dollars pour régler toutes les taxes impayées.