Laisse mouton pisser, tabaski viendra

Dimanche inoubliable, dimanche matin brumeux, sorti d’une nuit blanche, épuisé d’une énième partie de belote, Pa Diop interpelle. Prostré devant la fenêtre de son salon qui donne sur l’extérieur de la maison, il m’appelle d’une voix grave et me dit : Boy Ndiaye ! Je n’ai jamais su que c’est de l’homme incontinent de folies qu’il s’agit quand le dicton suggère de laisser le mouton pisser en attendant la fête dispendieuse et troublante de la tabaski.
Cette fête casse-tête malmène les familles sénégalaises ; elle exige des soutiens de famille des dépenses toujours surprenantes parce que jamais prévues d’avance. Obligés d’habiller les bambins, forcés d’immoler un mouton d’inspiration abrahamique, commanditaires classiques de la parade gracieuse de la gente féminine, les pourvoyeurs s’en donnent à cœur et à poche mutilés.
Pour se défouler, pour évacuer ses angoisses ou pour déverser son trop plein, Pa Diop ne me laisse pas le choix de recueillir ses confessions intimes sur sa femme prétendument harceleuse, complexée et incohérente. Elle entend impressionner tout le jaloux voisinage d’un bélier pur sang et compte le rendre encore plus envieux de ses coiffure et accoutrements que le désespéré Pa Diop va dégoter, à coup sûr.
Tabaski nous surprend à chaque année, elle nous harcèle et nous lui consacrons temps et énergie pour satisfaire ses moindres sommations. N’eut été la considération que j’ai du vieux baroudeur, je lui aurais dit : mais Pa, tu n’avais qu’à planifier et organiser tes revenus en conséquence. Là, il anticipe sur mes soupçons de légèreté.
Boy Ndiaye ! dit-il. Tout le problème vient du fait que les modes de vie traditionnels survivent aux exigences de rationalité et d’organisation du cadre de vie actuel. Entêtement ou résistance, les ajustements nécessaires sur le comportement des sénégalais tardent à voir le jour. Les mentalités ne cadrent pas avec l’aspiration tendancieuse à la modernité.
En désespoir de cause, Pa Diop compte se rabattre sur son émigrée de nièce pour contenter sa capricieuse dulcinée au mépris de toutes les considérations ainsi exposées. Après tout, il le lui doit même si, dit-il, à cause de sa femme il lui a refusé l’hébergement pendant que cette dernière était venue à Dakar pour ses études à l’université.
Tel Sisyphe au pied de la montagne, la tour de Babel est à bâtir encore une fois sans que le moindre enseignement ne soit tiré de celle d’avant. Oui, parce que chaque maillon attend des autres la rupture souhaitée. Chaque maillon obéit aux commandements du mécanisme, indexant et fustigeant l’autre pour avoir fait exactement ce qu’il fait lui-même.
Je n’ose même pas imaginer la tête de la nièce, maigre vache laitière, saisie, secouée et bousculée par la gestion des apparences (sakk) et habitée, en même temps, par des exigences de rationalité et de rigueur. Y’a de quoi être névrosé, à la fin.

Waltako