L’Allemagne ordonne à Facebook de changer sa façon de recueillir des données

A woman checks the Facebook Inc. site on her smartphone whilst standing against an illuminated wall bearing the Facebook Inc. logo in this arranged photograph in London, U.K., on Wednesday, Dec. 23, 2015. Facebook Inc.s WhatsApp messaging service, with more than 100 million local users, is the most-used app in Brazil, according to an Ibope poll published on Dec. 15. Photographer: Chris Ratcliffe/Bloomberg via Getty Images

L’Allemagne tente de briser la position dominante de Facebook dans la collecte de données sur les utilisateurs de médias sociaux.

Le bureau antitrust du pays a décidé jeudi que Facebook abusait de son monopole virtuel sur les médias sociaux en combinant des données provenant d’Instagram, de WhatsApp et de sites Web tiers.
Le bureau a déclaré que Facebook (FB) avait utilisé les données pour créer un profil unique pour chaque utilisateur afin de gagner en puissance.
À l’avenir, Facebook devra obtenir le consentement explicite des utilisateurs allemands pour collecter et combiner ces données. Le Bundeskartellamt a ordonné à Facebook de faire des propositions pour y parvenir.
« Facebook ne sera plus autorisé à obliger ses utilisateurs à accepter la collecte et l’attribution pratiquement illimitées de données autres que Facebook à leurs comptes d’utilisateur Facebook », a déclaré Andreas Mundt, président du bureau antitrust.
Facebook a déclaré qu’il n’était pas d’accord avec la décision et prévoyait de faire appel de cette décision.
« Le Bundeskartellamt sous-estime la concurrence féroce à laquelle nous sommes confrontés en Allemagne, interprète mal notre complian