Le président Macky SALL réélu, ok – Par Badou Gueye

Pour les sénégalais locaux, voici un simple constat pour tenter d’expliquer, en partie, la position de beaucoup de sénégalais vivant à l’extérieur.

Les sénégalais ont voté massivement et DIEU a décidé. Cela est indiscutable.

« … En vérité, Allah ne modifie point l’état d’un peuple, tant que les individus qui le composent ne modifient pas ce qui est en eux-mêmes… » S13.V11.

Les nouvelles infrastructures sont vraiment bien et tout voyageur le constate agréablement ne serait-ce en arrivant à l’aer Blaise Diagne. Cependant beaucoup de sénégalais locaux ne comprennent pas la position de ceux vivant à l’étranger et mettent l’accent sur un éventuel conditionnement financier. Peut-être ces derniers sont-ils simplement plus clairvoyants en raison de la distance ?

Force est de constater qu’au Sénégal (et certainement dans d’autres pays également) les malades n’ont même pas les moyens payer les consultations, des difficultés énormes pour payer les médicaments ou simplement y avoir accès, les hôpitaux sont dans des états catastrophiques (ont-ils oublié la polémique récente sur les machine pour le cancer par exemple ?), dans certaines localités les femmes prennent des « charrettes » pour faire des kilomètres et espérer accéder aux rares maternités, les diplômés de l’université n’ont aucun espoir pour accéder un petit contrat, 90% des rares salariés sont en cdd ou beaucoup travaillent sans aucun cadre contractuel, les pêcheurs vont de plus en plus dans des eaux dangereuses pour de maigres petits poissons parce que les côtes sont exploitées par les pays développés (ont-ils oublié la découverte récente des cadavres de ces pauvres pêcheurs au Cap Vert ?), dans beaucoup de zones la population pataugent dans les eaux stagnantes (Rufisque, etc…), même à Dakar l’eau courante et potable fait défaut dans beaucoup de quartiers, etc etc etc … La liste peut encore s’allonger et une prédiction pessimiste dirait que les millions de « gorgorlou » ne verront pas passer les retours économiques de l’exploitation du pétrole, du gaz, du zircon.

Pour comparaison, en france par exemple, depuis quelques années les présidents successifs connaissent le vote sanction parce que les français ne voient pas d’améliorations dans leurs difficultés quotidiennes et le mouvement actuel des « gilets jaunes » en est une démonstration. Mais au pays de la « téranga » la même gouvernance est reconduite. Les sénégalais de la « diaspora » veulent-ils plus de bien à ceux même qui sont au quotidien confrontés à tous ces maux ?