LE PRESIDENT SEYDOU CISSOKHO DANS LE RÉTROVISEUR

Inlassablement, le 10 Mars, nous nous souviendrons de Seydou Cissokho, cet illustre fils du Sénégal parmi tant d’autres.

Aujourd’hui nous admirons dans le rétroviseur pour évoquer l’organisateur et l’éducateur. Né à Bakel en 1929, la mort, l’inévitable nous l’arracha à notre affection le 10 Mars 1986 à Moscou où il participait au XXVIIe congrès du PCUS, en marge duquel, il accordera sa toute dernière interview. Déjà 20 ans ! Depuis ses premiers pas dans les activités de GEC (Groupe d’Etudes Communistes) des années quarante (40) à sa mort en 1986, Seydou restera fidèle à ses idéaux, égal à lui même en toutes circonstances. « Façonné » dans l’ambiance des chaudes luttes politiques et syndicales de Thiès, la ville ouvrière, il « donnera sa vie » pour les causes justes acceptant tous les sacrifices pour le mouvement ouvrier. Il y repose, dans la solitude, mais pas dans l’oubli loin de ses compagnons des périodes douloureuses de la répression.

Membre signataire du Manifeste du Parti Africain de l’Indépendance à côté des Sall Khalilou, Majhmout Diop, Malick Kamara, Abdou Mouminou, etc… il sera le seul en activité dans le parti, « vissé » sans faille ni pause, aux valeurs, à l’orientation et objectifs magnifiés dans le Manifeste du P A I du 17 Septembre 19 57 qui aura cinquante ans en cette année 2007- Un demi siècle de luttes et d’initiatives, de sacrifices et d’abnégation.

Les années 60-76 furent marquées par une répression implacable du régime néocolonial UPS-PS contre le P A I et l’ensemble du mouvement démocratique et patriotique. Notre parti, frappé de dissolution, trahi et /ou abandonné par des dirigeants, le P A I fut sérieusement affaibli, désarticulé et acculé. Mais forts de notre conviction, certains d’entre nous, dirigeants et militants ne baisseront jamais les bras. Au seuil de la période clandestine, Majhmout et autres étant contraints à l’exil, c’est avec courage et intelligence que Seydou et compagnons entreprirent de substituer au vide les structures clandestines, sous la direction exécutive territoriale de feu Mbagne Faly Diouf auquel succédera le camarade Abdou Kane.

Durant cette période, Seydou assurera en même temps les liaisons avec l’aile dirigeante à l’extérieur. En 1965 ce fut la grande répression « Franco-Senghorienne » suivie d’actes de trahison, mais aussi la grande débandade pour le parti. Il s’en suivit les retrouvailles Senghor Modibo Keïta et le départ de Majh de Bamako à Alger mais essentiellement de sa rupture définitive avec le parti resté constant dans l’activité au Sénégal, seul face au régime de Senghor.

La réorganisation de toute la charpente clandestine du P A I ne fut pas chose aisée et n’eut été l’obsession et l’opiniâtreté de Seydou et de quelques camarades dévoués dont Babacar Sy dit Baléva, Sadio Camara dit Alphonse, Mady Danfakha dit Diallo entre autres, le P A I « historique » n’aurait pas survécu. Totalement démunis, parfois sans pain ni cigarettes, malgré la chasse policière, les contacts furent rétablis avec les militants dans les localités et quartiers, dans les entreprises et champs.

Le P A I renaissait contre vents et marées avec le soutien des populations qui constituaient pour nous l’océan protecteur pour reconstruire solidement notre organisation. Grâce à ses structures de base, à sa presse, au courage et à abnégation de ses militants et leur engagement dans les organisations sociales sous la conduite de Seydou Cissokho, le P A I fut le cadre d’opposition le plus conséquent, le plus influent et le plus mobilisateur. Il fut repère et référence, initiait des politiques de larges rassemblements et des actions politiques hardies.

L’activité politique est la seule expression de la fonctionnalité des structures et instances à tous les niveaux. La question des relais est et demeurera un baromètre dans la vie des partis. L’UPS-PS s’organisait autour, de personnalités « financièrement bien assises » qui étaient les responsables locaux, acheteurs-consommateurs des cartes du parti et de consciences des citoyens.

A cet effet, on couvrait cyniquement les détourneurs de deniers publics. Le PDS de Me Wade ne fait que cela en grand et de façon arrogante. Du P A I au P I T avant l’avènement du « Gouvernement de majorité élargie », l’organisation et la gestion des structures , des instances et des organes ont sans nul doute constitué les vrais leviers de la puissance et du rayonnement de notre parti à toutes les étapes et c’est pourquoi, il a su résister à tous les assauts ! Seydou fut un fervent organisateur et éducateur. Instituteur sorti de l’Ecole William Ponty, formé dans les activités des GEC, syndicaliste actif du SUEL, membre de l’UDS, pétri d’expérience, il avait une claire conscience du rôle organisateur de la réflexion et des décisions collégiales, de l’information et de la formation.

Il accordait à la presse militante une grande importance, convaincu du rôle de propagandiste, d’organisateur et d’éducateur collectif de celui-ci. Aujourd’hui dans notre pays, la presse qui connaît une large éclosion est un élément influent de la formation et de l’orientation de l’opinion publique. Membre du Secrétariat Exécutif Politique (SEPO) du P A I, Seydou fut Rédacteur en chef puis Directeur de publication de l’organe fédéral du P A I la Lutte. D’une grande capacité intellectuelle de synthèse, d’analyse et d’écoute il émerveillait l’assistance lors de ses interventions dans les débats.

Sous sa direction, appartenir au parti signifiait d’abord formation du militant. Il existait l’école du parti, l’organisation fréquente de séminaires, toute cette activité participait largement à l’acquisition d’une conscience politique et l’émergence de militants convaincus et disciplinés. L’éthique dans toute sa grandeur, qualificative du citoyen conscient devenait notre religion.

Au regard des événements de ces dernières années beaucoup d’interrogations fusent et l’inquiétude devient de plus en plus grande. Même en prenant en compte le refuge commode de « la fin des idéologies, des luttes de classes, de la guerre froide…. »

On peut se souvenir de Seydou, de la période héroïque pour évoquer le présent tant il est vrai que le socle d’activités et d’organisation qui a fondé les succès enregistrés semble faire défaut au sein des organisations actuellement. Avec l’alternance, comme par miracle, toutes les batailles dues sont restées inachevées au point de paraître, velléité de deal et de compromission.

La génération présente doit assumer toute sa responsabilité ici et maintenant, notre devoir est de la soutenir et cela est un impératif d’introspection. La lutte est longue et complexe, elle exige intelligence, compétence et engagement pour coller à l’évolution sociale, mais aussi et surtout « l’on ne soulèvera des montagnes » qu’avec le dynamisme de la jeunesse pour qui l’avenir est une question cruciale. La frémissante voix de Seydou tonne encore dans nos oreilles à l’occasion de la dernière intervention publique de sa vie (le 2 février 1986 , à la table ronde internationale sur le Développement Socioéconomique des pays d’Afrique noire et les problèmes de la démocratie), quand il affirmait avec conviction au sujet de la bourgeoisie bureaucratique : « …..Elle est celle qui bloque ! tant qu’elle restera à la barre de l’Etat, la voie du développement bien compris de ce pays ne sera ouverte….. »

SEYDOU est mort à la tâche. Il restera un repère et une référence. La commémoration cette année du cinquantième anniversaire du P A I doit offrir l’opportunité de confondre dans un même hommage, tous ceux qui ont fourni tant de sacrifices pour la dignité des peuples d’Afrique, pour l’indépendance nationale et les libertés démocratiques.

Les militants du P A I ont supporté le plus de poids de la répression du régime UPS-PS. Le Manifeste de 1957 a ouvert une période riche palpitante et indélébile dans l’histoire des luttes politiques anticoloniales et s’en souvenir doit être l’affaire de tous, les acteurs de quelque moment que ce fut, les scientifiques et la génération montante.

A cet effet, des initiatives seront prises et portées à la connaissance de l’opinion publique par un comité provisoire mis sur pied en conséquence.

Moctar Fofana Niang Email : matafofana39@yahoo.fr