« Sokhna Faty Dia Mbacke a raconté que Serigne Touba lui a dit : lorsque la durée de mon séjour au Gabon est arrivé à terme , un fajr, après avoir fini de prier, le Prophète m’a informé que mon service au Gabon est arrivé à son terme , que je devrai pouvoir rentrer au Sénégal. Alors, au petit matin, j’ai commencé à sortir mes affaires et à les ranger dans les malles. Ainsi , j’ai balayé la chambre et j’y ai mis de l’encens et je l’ai parfumée. Pendant tout ce temps, le chef des soldats me regardait , tout en rigolant, car je ne donnais pas l’impression de quelqu’un qui déménageait , de même que lui , il ne voyait aucun signe qui lui indiquait que je devrai quitter ce lieu. Peu de temps, un homme est arrivé en courant et lui remet une feuille venant de son supérieur où il est mentionné que je devrai être à la gare avec mes bagages. Dans la feuille, il était mentionné encore ceci : si le train arrivait avant moi, tous les chefs seraient sévèrement sanctionnés. C’est ainsi qu’il est devenu tout rouge et très embarrassé. Alors, les soldats se sont mis à charger mes affaires. C’est en moment que j’ai renouvelé mes ablutions. Lorsque nous sommes arrivés à la gare, j’ai prié deux rakas puis je suis monté dans le train. »

( L’arbre de Touba, Serigne Aladji Mbacke, transcription M Moustapha Diop )