Le Sénégal marcherait tête reversée si Macky n’était pas plébiscité?

Le Sénégal marcherait  tête reversée si le candidat Macky 2019  n’était pas plébiscité le 24 Février ?

Au regard d’une part, de son bilan économique social et culturel et diplomatique, titanesque, à la fois distributif et englobant et d’autre part  de la typographie de ses concurrents au fauteuil Présidentiel et de  contempteurs  de tous bords, le peuple Sénégalais mature, responsable, patriote authentique, décomplexé, lucide et au fait des enjeux et défis d’un Monde globalisé, n’ a d’autres choix, dans sa diversité  sociale,  culturelle, philosophique, idéologique, cultuelle, que de plébisciter le Président Macky Sall , le 24 Février 2019.   Mais je voudrais tout d’abord rappeler, avant d’en venir à ces deux raisons fondamentales qui doivent éclairer le choix des indécis, de ceux –là encore  englués dans les petites nasses partisanes et ceux de nos compatriotes  expatriés,  coupés  de la réalité de leur pays,  ignorant les mutations en cours,  victimes d’intoxication et de désinformations  distillées  par des sites  webs  alimentaires à la solde de lobbies de tout acabit,   à tous qui seraient amnésiques, la situation calamiteuse, chaotique  du pays à tout point de vue  d’où le candidat  Macky  2019,  le même en 212,  par son courage,  ses sacrifices personnels, son ingéniosité, sa nature d’homme affable et courtois, son engagement pour sa patrie  et  son entregent avec tous,  a su  au moment où le doute existentiel avait gagné tous les cœurs des Sénégalais et le Maître des  lieux d’ alors, sans gêne  nous  renvoyer aux bougies, nous ressasser qu’après lui c’est son fils ou le déluge,  oui  Macky Sall  a su  pendant son magister nous faire traverser   le  gué en douceur,  dans un contexte lourd de périls (attaques terroristes) avec la coalition de toutes les forces vives, le Benno book Yakhaar dont les forces significatives sont restées et se sont consolidées dans la période. On l’oublie souvent, le déluge était à nos portes, puisque  sentant  l’échec de son projet de dévolution dynastique qui devait mettre une croix sur la République et sur  ses principes, le budget de 2012 était consommé à 60% en trois mois  seulement et il restait à faire face au payement les bons de la Campagne arachidière,  des salaires ,  au fonctionnement de l’administration  au financement de la campagne agricole suivante,  à l’apport d’aliments de soudure, au monde rural et au bétail  sans lesquels  ce serait le chaos général.

Alors cette situation SOS du pays étant franchie dans l’ingéniosité et la pugnacité  avec bonheur  et baraka (découvertes d’importantes richesses pétrolières et Gazières) dans un contexte  social  conflictuel, politique délétère,  fait d’amertume, de frustrations, d’intrigues revanchardes,  passons à la loupe le bilan malgré tout élogieux du candidat Macky 2019 et qui est à la fois matérielle et immatérielle.

  1. A)Le bilan ?

Ce qui fait son charme et explique les résultats palpables c’est qu’il repose une vision structurée, cohérente, mise en place par une planification stratégique, une gestion séquencée et axée sur les résultats,  dans une logique d’équité territoriale, d’inclusion sociale, au point qu’aucun département, aucune strate de la société, n’ont été épargnés par les impacts positifs directs, indirects, immédiats ou futurs. D’ailleurs tous les programmes des opposants sont des dupicata du PSE.

  1. a)Le bilan matériel : En un mandat seulement ,il faudrait un manuel pour répertorier toutes les réalisations dans le domaine  des infrastructures routières, autoroutières, portuaires aéroportuaires, ferroviaires, hydrauliques, culturelles, sportives, scolaires, sanitaires, agropastorales ( Ranch de Doly,  DACS, fermes Agricoles, unités laitières et de transformations),  de recherche agricole permettant de booster les productions (capital semencier, 15 variétés de riz), infrastructures immobilières, d’assainissement, d’aménagement,  dans le domaine des équipements agricoles,  sanitaires, équipements des Forces de défense et de sécurité mettant le pays à l’abri d’éventuelles agressions, de modernisation des lieux de culte etc… La liste n’est pas exhaustive et c’est le génie, le leadership et le portefeuille de l’homme d’Etat,  qui ont permis la mobilisation de toutes les Ressources et les compétences indispensables à un tel exploit. Des contempteurs, adeptes de la gestion contemplative et de repli sur soi-même  se presseront pour rétorquer « au prix de la dette »  mais oui, il faut oser socialiser et gouverner la dette qui bien gérée et utilisée sur des investissements porteurs,  devient un intrant de qualité, pour le  Développement d’un pays.
  2. b)Le bilan immatériel : Bien qu’invisible aux yeux de beaucoup de Sénégalais non avertis,  reste encore plus élogieux.

L’héritage toxique du régime précédent dans le domaine de déficit budgétaire  plus 5¨% (dépassements budgétaires, ponctions budgétaires), dans le domaine de la dette publique intérieure mais surtout extérieure qui était pourtant rapportée avec l’initiative PPTE, dans le domaine économique avec le déficit énergétique chronique qui avait plombé toute activité économique,  asphyxié les Entreprises (ICS, SAR), une Agriculture vendangée par des opérateurs véreux avec des bons impayés, des Ressources halieutiques pillées  (Bâteaux russes), dans le domaine social avec la flambée continue des prix de denrées de première nécessité, du gaz, du carburant, du Transport, des loyers, avec le passif d’accords et d’engagements sociaux non  respectés surtout avec les Acteurs de l’Ecole et de la santé, un héritage qui aurait pu conduire à la faillite de l’Etat particulièrement avec une croissance en dégringolade, n’eût été l’intervention divine qui a permis une alternance lourde en vies humaines.

C’est  ce lourd rattrapage sur des questions très sensibles que le Président Macky Sall a eu à prendre à bras le corps  et qui a  englouti des milliers de milliards et ceci parallèlement au bilan physique.

Sous le registre du bilan immatériel il faut inscrire en lettres d’or, les Bourses familiales, la couverture maladie universelle, les gratuités de soins médicaux(sésame, enfants de z&ro à 5ans, césarienne, dialyses), l’égalité des chances, l’augmentation des pensions del’IPRES de 45%, la valorisation des pensions des universitaires, des bourses des Etudiants , labaisse de l’impôt sur les salaires, des loyers, du carburant, des tickets de restaurants, l’intauration de la pension minimale indexée au SMIG, la régularisation des stages, l’augmentation du SMIG, la subvention des centrales syndicales après la signature d’un pacte social de stabilité et de croissance etc…

La garantie sécuritaire et la stabilité  assurée par  nos  Forces de défense et de sécurité  dotées   de meilleures conditions de Travail et d’interventions . Ceci a permis jusques là de sécuriser nos frontières et de prémunir notre pays d’attaques terroristes, mais surtout la gestion de la Paix et des questions sécuritaires avec les pays voisins qui a pour conséquence le dénouement heureux du conflit casamançais. De telles mesures à elles seules suffisaient pour donner un deuxième mandat au Président Macky Sall.

En fin la réhabilitation de l’Etat de droit avec la fin de l’impunité, la Réhabilitation des institutions de la République et de la normalisation  des rapports entre elles malgré les perceptions partisanes déviantes des acteurs politiques.

  1. B)Les contempteurs d’en face, qui sont-ils ?

   Qu’il puisse y’avoir  des mécontents contre les politiques déroulées par le Président Macky est compréhensible en Démocratie. Cependant il faut se poser des questions  utiles : qui sont- ils ces Sénégalais qui ne sont pas satisfaits du bilan du candidat Macky 2019 ? Et pourquoi sont-ils si amers ?  Ils partagent  tous  des états d’âme de frustrés pour une raison ou une autre, certains   continuent de ruminer des frustrations inhérentes  à la perte de leur statut et des privilèges dont  ils jouissaient quand ils étaient au Pouvoir,  d’autres s’arrogeant  la légitimité populaire de  sentinelle de la société , ne digèrent pas  d’être  désavoués et reconnus comme tels par celle-ci à chaque fois en faveur du Président Macky Sall, d‘autres sont des déflatés de l’actuel régime et manquent de sportivité,  d’autres sont des néophytes politiques, récemment illuminés et  qui pensent qu’il suffit d’avoir  de l’argent ou d’être pédant et connu dans son art ou de se fabriquer un profil et un carnet d’adresse pompeux  sous le couvert d’organismes multilatéraux,  pour s’essayer  à accéder à la plus haute marche du Podium. Tout ce monde  en veut à mort au candidat Macky 2019 non pas pour cause d’absence de bilan  mais plutôt à cause du Parrainage qui a mis fin aux raccourcis politiques opportunistes, aux rêves et ambitions personnelles. A côté il ya cette race d’intellectuels,  mercenaires de la plume  dans la presse, ou maîtres chanteurs qui sont toujours mal à l’aise en dehors toute sphère gouvernementale. Enfin les challengers eux même, rien de rassurant, un seul  a fait des humanités pas du tout convaincantes dans les labyrinthes de l’Etat

Ce pendant le plus grave n’est pas de se coaliser en tant compagnon d’infortunes mais c’est de vouloir ravaler ce qu’on avait vomi hier. Ils avaient tous rejeté hier le projet sordide de société,  attentatoire à la Démocratie et aux principes Républicains  de dévolution dynastique du Pouvoir au prix d’un lourd tribut en vies humaines, projet que Maître Wade n’a jamais abandonné et qui justifie son activisme subversif actuel  et voilà que cette opposition sans retenue, cherche sa bénédiction  si elle ne  se rue sous  son aile protectrice.

Les Patriotes  et les Républicains de ce pays sont avertis et ne manqueront au soir du 24 Février 2019 de sanctionner négativement à coup sûr tous ceux-là qui pactisent avec le monstre d’hier à des fins chrypto-personnelles.

Walmaak Ndiaye