Le sommet Trump-Kim s’effondre suite aux sanctions

Un sommet entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un s’est achevé sans aucun accord après que les Etats-Unis eurent rejeté les demandes nord-coréennes d’allégement des sanctions, a déclaré le président Trump.

« C’était à propos des sanctions », a-t-il déclaré à la presse après la fin des négociations. « Ils voulaient que les sanctions soient entièrement levées et nous ne pouvions pas le faire. »

Les deux hommes étaient censés annoncer des progrès en matière de dénucléarisation.

« Parfois, il faut marcher et c’était une de ces occasions », a déclaré M. Trump.

S’exprimant lors de la conférence de presse à Hanoi, M. Trump a déclaré qu’aucun projet n’avait été prévu pour un troisième sommet.

Le programme initial de la Maison-Blanche pour la journée avait prévu une « cérémonie de signature de l’accord conjoint » ainsi qu’un déjeuner de travail pour les deux dirigeants, mais les attentes ont été brusquement déçues par l’annulation de l’un et de l’autre.

Quels étaient les points de friction?

Selon M. Trump, M. Kim a fait une offre importante: démanteler l’ensemble du complexe de Yongbyon, le centre de recherche et de production au cœur du programme nucléaire de la Corée du Nord. Mais en retour, M. Kim souhaitait la levée de toutes les sanctions contre la Corée du Nord, ce que les États-Unis n’étaient pas disposés à offrir.

Il y avait aussi la question sur le réseau d’installations qui s’étendent au-delà de Yongbyon. Le mois dernier, Stephen Biegun, représentant spécial du département d’État américain pour la Corée du Nord, a déclaré que la Corée du Nord s’était engagée dans des pourparlers préalables au sommet visant à détruire toutes les installations d’enrichissement de plutonium et d’uranium du pays, en s’appuyant sur des mesures américaines non spécifiées.

Yongbyon est la seule source connue de plutonium en Corée du Nord, mais le pays aurait au moins deux autres installations où l’uranium est enrichi.