Le « super-ordinateur » du Senegal est capable de lire un million de livres en une seconde

En juin prochain, le Sénégal recevra le supercalculateur acheté de la société française Atos. Une machine Petaflop, qui sera le supercalculateur le plus puissant en opération en Afrique subsaharienne. L’année dernière, la Côte d’Ivoire et l’Afrique du Sud en 2016 disposaient également d’un supercalculateur. Des machines qui permettent un bond en avant, non seulement pour la recherche scientifique, mais aussi pour l’économie.

Ces dernières années, ils sont devenus des symboles de la modernité et du pouvoir technologique. Les supercalculateurs sont des machines à tout faire. L’industrie, la santé, l’agriculture, l’exploration pétrolière ou le changement climatique peuvent analyser des milliards de données. La machine acquise par le Sénégal est fabriquée par le français Atos. Elle a un pouvoir de pétaflop.

L’ordinateur est capable de lire un million de livres en une seconde!
Selon Francis Meston, directeur exécutif d’Atos pour le Moyen-Orient, la Turquie et l’Afrique.  » Pour comprendre ce que cela signifie, cela signifie qu’un tel ordinateur peut lire un million de livres en une seconde!  »

Le supercalculateur sénégalais sera le supercalculateur le plus puissant de l’Afrique subsaharienne. De toute évidence, il ne s’agit pas de lui faire lire des livres, mais de faire des simulations. Que ce soit pour l’industrie, l’agriculture ou le climat, les simulations sur ordinateur permettent d’économiser des années de travail.

Selon Maryteuw Niane, ministre de l’enseignement supérieur du Sénégal.
 » Cela nous permettra de prendre des décisions sur des questions liées à l’agriculture, celles liées aux inondations et à la gestion de l’eau, sur l’érosion côtière. Nous avons un grave problème à Saint-Louis, avec le langage de la barbarie. Ce sont aussi les problèmes du changement climatique … pour mieux comprendre son impact, afin de proposer des solutions d’atténuation.  »

Avec ce supercalculateur, les sénégalais deviennent autonomes. Le Centre national de calcul scientifique Diamniadio, qui abritera la machine, pourra bientôt accueillir des groupes de chercheurs formés au Sénégal.

Lire sur: rfi.fr