Le temple orphelin de son gardien.

Samba Diabaré parti le xalam narrateur de l’histoire rappelant les valeurs est définitivement muet.
Pa Bathie comme je l’appelait affectueusement a écrit de belles pages de ce instrument dont le mysticisme a envoûté le monde entier ce qui lui valu d’être porté Trésor Humain Vivant de l’Unesco en 2006.
Lui ayant été très proche pour avoir été époux d’une de ses nièces (fille de son frère cadet) il me disait un jour toute sa désolation du manque de relève dans cet instrument le jour où il ne serait plus de ce monde mais garde espoir avec un jeune du nom de Boydo Diagne qui lui rappelle à perfection sa touche.
Il me disait aussi que le xalam ne s’accompagne qu’avec le xalam, il ne se joue pas avec un autre instrument ce qui n’est malheureusement pas le cas aujourd’hui.
J’aimais être à ses côtés pour l’écouter raconter la « vraie histoire » du Sénégal dans un langage châtié et clair.
Heureusement avec le Bsda de l’époque représenté par feu Mademba Diop (paix à son âme) père de l’actuel bassiste Dembel Diop et des membres de la famille entre autres ses petits fils Massamba Lba Guèye Mandem Laye Koundoul Amary Dorobe Guisse nous avions réussi à traduire sa dimension dans un hommage qui avait fait révélé sa petite fille Aida Samb et qui reste aujourd’hui dans les annales.
Aujourd’hui il a rejoint ses frères Amadou Ndiaye Samb, Momar Lissa Samb, ses compagnons parmi lesquels Abdoulaye Nar Samb, Badara Mbaye Kaba, Elhadji Mor Dior etc.
Que leurs âmes reposent en paix.
Adieu Pa Bathie

Par Guissé Pene