LE VOTE RURAL, PRINCIPAL ENJEU DE LA PRÉSIDENTIELLE : QUELLES LECONS A EN TIRER ?


Plus de 83% de l’électorat national se trouve ailleurs que dans des villes de Dakar, Touba et Ziguinchor contrairement aux idées reçues

Par Ibrahima Dia

Plusieurs analystes politiques qui interviennent dans les médias et plusieurs leaders des partis politiques affirment que le vote des villes de Dakar, Touba et celle de Ziguinchor sera déterminant sur l’issue du scrutin présidentiel. Cette opinion largement répandue fait que toute l’attention de la presse, et des hommes politiques (opposition comme pouvoir) est focalisée sur ces villes avec les alliances qui se font et se défont dans ces localités. Il est même arrivé à certains comme le leader de Bès du Niak d’affirmer dans une interview que celui qui gagne Dakar n’a même pas besoin de faire campagne à l’intérieur du pays affirmant que plus de la moitié de l’électorat se trouve à Dakar.

Certains analystes politiques très pertinents et bien écoutés comme M. Momar Diongue fondent souvent leurs analyses sur cette affirmation. Il faut cependant remarquer qu’il est rare de voir ces analyses étayées par des données statistiques basées sur l’exploitation du fichier de la carte électorale même leurs démonstrations qualitatives sont basées sur une certaine logique.

Pour aider les citoyens mais aussi les acteurs politiques à fonder leurs opinions et par conséquent leurs stratégies sur la réalité objective, il est nécessaire d’adopter une approche plus scientifique basée sur des statistiques en analysant la carte électorale. Comme nous y invitait le Pr Cheikh Anta Diop, les intellectuels doivent refuser les idées reçues et les idéologies et baser leurs analyses sur les évidences scientifiques.

C’est cet exercice que nous avons tenté de nous soumettre. En effet, la dernière carte électorale (pour les élections présidentielles de 2019) qui fait 6 683 043 électeurs comporte une description avec détails du nombre d’électeurs par région, par département et par commune avec le nombre de centres et de bureaux de vote.

L’exploitation de cette carte, nous a permis de relever que le département de Dakar (qui correspond à la ville) représente moins de dix pour cent (9,92%) de l’électorat national (avec 663 02 électeurs), celui de Mbacké ou se trouve la ville de Touba représente moins de six pour cent (5,45%) de l’électorat national (364 824 électeurs dont 76% sont à Touba Mosquée) alors que le département de Ziguinchor représente moins de deux pour cent (1,87%) de l’électorat national.

En réunissant le total de ces trois départements nous obtenons 17,24% des électeurs. Si on déduit de ces chiffres les localités rurales de ces départements ce chiffre sera encore plus faible. Par conséquent plus de 83% de l’électorat national se trouve ailleurs que dans ces villes de Dakar, Touba et Ziguinchor contrairement aux idées reçues

Même en extrapolant aux régions où se trouvent ces villes en intégrant les villages et les villes (qui sont en réalité plus rurales qu’urbaines), on note que la région de Dakar qui comprend le département de Pikine et celui de Guédiawaye, représente 25% de l’électorat national, ce qui est certes important de manière absolu, mais il faut aussi en conclure que « bien que la région concentre un lectorat significatif, 75% des électeurs ne sont pas à Dakar. »

La région de Diourbel comprend 8,80% de l’électorat et celle de Ziguinchor 4,24%. Les trois régions réunies font 38% de l’lectorat dont une bonne partie de ruraux.

Il est donc clair que plus de 60% de l’électorat national ne se trouve pas dans ces régions et qu’entre 70 à 75 % de l’électorat est dispersé dans les communes de l’intérieur et majoritairement dans le milieu rural. Les électeurs de ces régions et en particulier les ruraux doivent en être informés pour mériter davantage d’attention conforme à leur poids. Ils ne doivent pas se faire de complexe et ont le droit de savoir que ce sont plus leurs voix que celles des villes qui vont déterminer l’issue des élections présidentielles. Les analystes politiques et les acteurs ne doivent plus considérer que ces régions périphériques sont plus importantes pour ces élections et tirer les conséquences de ces chiffres.

Par ailleurs, en comparant cette présente carte électorale avec celle précédente, on constate une hausse moyenne de 20% des inscrits mais la région de Dakar a connu la hausse la plus faible (6,88%) alors que les autres régions se situent entre 15% et 26% d’augmentation, ce qui remet en cause une idée reçue sur une tendance à l’urbanisation de l’électorat. Une analyse des statiques notamment en comparant les cartes électorales des différentes élections, les résultats sur les votants des élections passées etc. seront d’une plus grande utilité pour les analystes et les citoyens si on laisse de côté les positions partisanes et les préjugés idéologiques et stigmatisantes dont nous sommes souvent victimes sans nous en rendre compte