A moins que vous n’ayez émigré dans une contrée lointaine où vous n’avez eu accès à aucun moyen d’information, vous n’avez pas pu passer à côté de l’actualité qui a tenu en haleine le Sénégal durant plusieurs semaines : l’inauguration de la mosquée Massalikul Jinaan, ce projet qui a fait la fierté de la communauté Mûrid (mais pas que …) !

Projet débuté il y a sept ans, qui a coûté la bagatelle de vingt milliards de XOF, et qui a été financé grâce aux dons et contributions des talibés. Fait rare pour mériter d’être souligné, corrigez – moi si je me trompe, pour une fois, un lieu de culte sort de terre sans aucune aide extérieure. Par « aide extérieure », j’entends bien sûr ces partenaires qui ne nous veulent que du bien et veulent ardemment nous mettre sur la voie de l’émergence tant promise.

Certains (parmi même les Sénégalais) en ont fait des gorges chaudes de l’érection d’une telle mosquée, arguant que notre pays le Sénégal n’a pas besoin de cette mosquée ; et particulièrement la capitale Dakar, peinant à appliquer l’Acte III de la Décentralisation, et qui est encombrée, insalubre, et qui étouffe sous les poids conjugués de sa trop forte densité et de sa pollution. Disons donc en termes simples que le projet de Massalikul Jinaan a déchaîné les passions … Et pas que religieuses du reste ! Le Sénégal semblerait – il manque de tout, des hôpitaux qui sont des mouroirs, jusqu’à l’éducation qui est au point mort. Alors que faire d’une n ième mosquée ?

Je vais aborder ici le second point de mon propos. En plus d’avoir doté la ville de Touba d’un hôpital – en l’occurrence celui de Matlabul Fawzayni, un nouvel hôpital est en construction ; sans oublier le projet d’Université que je trouve très ambitieux, l’Université Khadimou Rassoul. Et là encore, pour cette nouvelle réalisation, il a été demandé aux talibés Mûrids d’apporter leur contribution. Le Mouridisme, vecteur de cohésion sociale ? Je ne suis pas loin de le penser. Je suis convaincue, aujourd’hui plus que jamais, que cette communauté porte bien son nom, car le Mûrid Sadikh est l’aspirant, celui qui songe à s’élever et est en quête perpétuelle …

Bien que je soie d’obédience (plus affective qu’autre chose) Tidiane, j’ai toujours trouvé admirable la doctrine fondant le mouridisme, axée autour des valeurs du travail, de l’humilité et du désintéressement quant aux choses matérielles. Il y a quelque chose à tirer de la puissance et la capacité d’engagement des Mûrids. Je crois que nous avons devant les yeux le modèle économique, social et structurel qui pourrait nous faire décoller, et ce de manière irrémédiable. Il nous faut juste modéliser l’approche, mais je pense qu’avec la ferveur ressentie par tous les Sénégalais (toutes confessions confondues) vendredi dernier, nous tenons là quelque chose qui nous est propre. Car ce qui nous lie est au – delà de l’histoire …

Outre les talibés hommes qui sont régis par les préceptes moraux et de vie de Cheikh Ahmadou Bamba, les femmes suivent les mêmes préceptes, et même si les rapports sociaux de sexe me semblent encore distendus à ce niveau, voir une jeune ingénieure être la conductrice des travaux de Massalikul Jinaan a achevé de me convaincre que quelque chose était en marche.

En plus d’avoir eu la trajectoire qu’il a eu, Khadimoul Khadim me fascine. Ajoutez à cela des milliers de Khassaïdes écrits et laissés comme la voie à suivre, vous aurez un homme d’une dimension extraordinaire. Son apport scientifique, ses prédictions que les Mûrids exaltent et vivent jusqu’à aujourd’hui, fait du Mouridisme une voie à suivre pour quiconque cherche à s’élever spirituellement. Ce qui ne veut pas dire que les autres confréries ne le sont pas, entendons – nous bien, car la force justement du modèle islamique du Sénégal tient de cette multiplicité de Tariqas dont les préceptes finissent tôt ou tard par se rencontrer à la cîme. En atteste le magnifique Khadratul Jummah tenu dans l’enceinte de Massalikul Jinaan vendredi. Et tout bon Talibé Tidiane connaît la valeur des Wazifas.

J’ignorais que Massalikul Jinaan était à la base un ouvrage. Je viens d’en prendre connaissance, notamment l’excellente traduction française de Serigne Sam Mbaye que je lirai avec attention. Car dans ce livre, Khadimul Khadim conjugue le fiq’h et le tassawuf et en a fait le moteur de son existence. Et en mêlant l’esotérique et l’exotérique dans sa manière de penser et d’écrire, il pose les bases d’un islam qui nous pousse à nous armer de science pour ensuite passer à l’action, et pourquoi pas, baliser notre propre chemin vers le Paradis Eternel !

En atteste sa pluralité d’écrits que je prendrai le temps de découvrir …

Ndeye Fatou Kane