Les défis de garder les bébés au marché

La vice-présidente tanzanienne, Samia Suluhu Hassan, a parcouru le pays avec pour mission de rendre les marchés plus sûrs pour les enfants.
Elle est préoccupée par le fait que les femmes commerçantes amènent leurs enfants sur leur lieu de travail, mais les marchés se caractérisent souvent par un mauvais comportement et un langage obscène pouvant être dirigé contre les femmes et les enfants.
Les commerçantes du marché de Sabasaba, l’un des marchés les plus importants et les plus célèbres de la capitale, Dodoma, m’ont parlé de certains problèmes auxquels elles sont confrontées.
Martha Pascal, une mère d’un an:
« Je sais qu’il est difficile de rester avec un enfant sur un marché, mais je n’ai personne avec qui laisser sa fille à la maison. »

Irene Muhanza, vendeuse de carottes, admet qu’il est risqué d’avoir des enfants dans les environs à cause de la vitesse des charrettes à bras et des motos:
« Je suis obligé de garder mon enfant sur la table toute la journée. Parfois, je garde mes clients pendant que mon enfant est sur mes genoux. Elle est souvent une distraction mais je n’ai pas d’autre choix. »

Les enfants d’ici ne vont pas officiellement à l’école avant l’âge de sept ans. Dans l’après-midi, le marché devient encore plus occupé, lorsque des écoliers ayant terminé leurs cours viennent rejoindre leurs mères. Ils jouent souvent ensemble – et certains peuvent être vus en train de faire leurs devoirs.