LES INFRASTRUCTURES DE STOCKAGE DE PADDY, UNE NICHE POUR LES PME

Avec un accompagnement des partenaires, les investisseurs peuvent, par exemple, exploiter la niche que constituent les infrastructures de stockage de riz paddy, estime le directeur général du Bureau de mise à niveau (Bmn), Ibrahima Diouf.

Pour créer plus de richesses et d’emplois, les Petites et moyennes entreprises (Pme) doivent davantage saisir les opportunités dans les secteurs agricoles. Avec un accompagnement des partenaires, les investisseurs peuvent, par exemple, exploiter la niche que constituent les infrastructures de stockage de riz paddy, estime le directeur général du Bureau de mise à niveau (Bmn), Ibrahima Diouf.

Il existe pour les Pme sénégalaises de nombreuses opportunités d’investissements dans le secteur agricole, notamment dans les filières riz, anacarde, arachide, banane, etc., a déclaré le directeur général du Bureau de mise à niveau (Bmn), Ibrahima Diouf. M. Diouf prenait part, hier, à un atelier à la «Maison de la Pme» de la Société générale de banques au Sénégal (Sgbs), un outil d’aide à la formation des entreprises sénégalaises. Le thème portait sur : « Accompagnement du Bmn aux entreprises du secteur agricole : cas des sous-secteurs riz, anacarde, banane, arachide, aliment de bétail et services agricoles », en présence des acteurs de ces secteurs.

Appréciant l’évolution de l’activité de transformation de la filière riz, il a toutefois noté que la production du paddy pose problème, surtout dans le domaine des infrastructures de stockage. « La conservation du riz paddy requiert, rappelle-t-il, des conditions optimales en termes d’humidité », mais aussi des infrastructures de stockage aux normes. L’absence de ces infrastructures fait que la chaîne de transformation rencontre des difficultés liées à l’approvisionnement en riz paddy, a regretté Ibrahima Diouf. Ce dernier plaide pour l’accompagnement des investisseurs dans la réalisation des infrastructures de stockage. « Avec l’appui des banques, dit-il, le Bmn est disposé à les accompagner en termes d’appui-conseil, de diagnostic de ces infrastructures de stockage ».

L’absence d’infrastructures de stockage de qualité explique le volume de riz blanc importé, estimé à 900.000 tonnes par an, soit près de 280 milliards de FCfa de devises pour l’économie nationale. Pendant ce temps, le gap à combler pour ce qui est du riz paddy est de 600.000 tonnes, soit 200.000 à 300.000 tonnes de riz blanc, rappelle M. Diouf. Ce gap, le Sénégal peut le combler en trois ans si les dispositions nécessaires sont prises, poursuit le directeur général du Bmn. « Avec tous les efforts de l’Etat pour améliorer la qualité du riz blanc, nous devrions arriver à une situation où le Sénégalais peut le trouver dans tous les coins de rue », at-il affirmé.