LES PARADOXES DE L’INSTITUTIONNALISATION DANS NOS CONFRERIES !

L’une des questions fondamentales qui se pose actuellement dans une confrerie religieuse comme celle des mourides est de savoir si l’institutionnalisation d’une fonction comme le porte parole est-elle une chose benefique ou qu’elle reste juste un moyen qu’utilisent certains pour se garantir des privileges ou pour jouer à l’influence ? La question des rapports entre l’Etat et nos confreries certes n’est pas neuve, mais actuellement elle draine des questions nouvelles. Alors, je m’explique : dans la confrerie mouride par exemple, est ce que la fonction de porte parole n’est pas à bousculer les frontieres entre l’Etat et la confrerie mouride ? Son mode de fonctionnement ne sape-t-il pas l’autorite du khalife vu son quadrillage, son influence et ses pouvoirs ? N’est-il pas le moment de penser à delimiter ses pouvoirs? Est il concevable que celui qui l’incarne est pointe du doigt sur pas mal de deviations dans les relations entre le khalife et l’Etat ? Doit-il continué à être l’intermediaire entre l’Etat et la confrerie ? Qui oserait poser un tel type de debat ? Ne doit-on pas penser à une nouvelle formule ?

L’on peut continuer à taper sur les politiciens, mais la question de fond , c’est qu’on oublie qu’aussi à l’interieur de nos confreries, certains de nos hommes religieux sont devenus plus politiciens que les politiciens normaux. Plus ils continuent dans cette lancee, plus ils decredibilisent non seulement les fonctions qu’ils occupent tout en se decredibilisant, mais ils sapent aussi en meme temps l’autorite du khalife , car ce dernier dans l’evidence , ne peut pas reagir publiquement pour tenir un discours contraire aux leurs. N’est-il pas le moment de delimiter les pouvoirs du porte parole d’autant plus que sa creation est de Abdoulaye Wade selon certains ?

S’il avait existe avec Serigne Abdoul Ahad, alors , avait-il les memes prerogatives qu’actuellement ou les memes pouvoirs ? C’est cette question qui me guide à poser une autre question assez actuelle : de quoi nos confreries ont-elles le plus besoin actuellement ? Pour moi, c’est l’education des masses pour les élever au niveau des defis que le monde leur impose. C’est pourquoi, nous disons merci à Serigne Mountaqa qui fait le projet d’une universite son unique champ de predilection.