(ATTENTION afin d’éviter les polémiques stériles: dans ce cas le mots “CEDDO” est utilisé avec la suivant signification: un membre appartenant à la classe guerrière dans les royaumes sénégambiens, qu’il soit Garmi où ésclave de la couronne, qu’il soit musulman où animiste… ).

Regardant de nombreuses photos d’époque, on trouve un fil continu dans l’aspects des “guerriers” Wolof du XIXeme siècle-début XXeme.
Le Ceddo porte toujours le Kaala, le turban traditionnel, puis ses indispensables gris-gris qui lui assurent la protection mystique lors des batailles. Le Ceddos portaient les cheveux souvent tressées, et certains voient dans ce look un antécédents des locks des Baay Faal. Le Sabre est aussi toujours present, mais avec une valeur qui deviens de plus en plus symbolique, à une époque où la guerre se faisait surtout avec les armes à feu.
Un autre élément inséparable du Ceddo semble être l’eau de vie, le “Sangara” comme dans la fameuse gravure de l’abbé Boilat: effectivement cette attitude de certains souverains et de leurs garde royale n’a pas de secret, même si la consommations d’alcool n’était pas leur exclusive car elle fut diffuse aussi chez les badoolo.
Sur les cliches d’époque on vois souvent les nobles décorées avec des médailles Françaises, car l’autorité coloniale chercha à intégrer dans la chefferie locale les classes nobles et guerrières. Certains, initialement sur la route de l’assimilation finiront par être incommode aux colons, qui se presseront à éliminer. Nous avons déjà parlé de l’exil de Sidiya (peut être sur la photo en haut à droite) où de l’empoisonnement de Taanor Goñ Jeŋ.
Dans l’imaginaire collectif le Ceddo reste, et non sans raisons, cette homme avec des tresses à la tête, des boucles d’oreilles, des bracelets en argent”, comme le disait Tamsir Ousmane BA.

 

Senegaal gu jëkk