L’HISTOIRE DE L’HYMNE DU SINE

«Fañin fañ fañ fañ ta waćća ćaa»: de cri de victoire du Bour Sine à slogan de campagne de Macky Sall.

«Fañ na Ngoro Rog a deb no xolum, o fañin fañ fañ fañ ta waćća ćaa, fañin fañin fañ fañ fañ ta waćća ćaa». Le sens de ce proverbe sérère peut signifier: quelque soit le degré de ta jalousie ou de ta méchanceté envers une personne, quelques soient tes plans ou pièges posés pour la nuire, tu ne peux rien enlever de ce que le destin lui a réservé.

« En 1837, Bour Sine Wagane Coumba Sandiane Faye, par un traité, céda Joal au Français.

Le 19 mars 1849, Boursine Ama Diouf Gnilane, par un traité avec le lieutenant de vassaux Charles Armand Gabriel, octroie la liberté de commerce aux français.

Le 20 mars 1848 Boursine Ama Diouf Gnilane cède un terrain à Joal à Abbé Boilat sur sa demande, pour la construction d’une église (l’église actuelle).

En 1853, Bour Sine Coumba Ndoffène Diouf Famak (le grand) accède au trône et gèle tous les traités.

Le 13 mai 1859, l’armée coloniale de 1000 hommes et sous le commandement de Pinet Laprade, attaque le Sine par Djilass. Une armée du Sine de 2000 hommes, dirigée par le vice roi d’alors (Boumi) Sannmonn Faye, oppose une résistance et remporte la victoire. Coumba Ndoffène roi d’alors prononce son «bakou» (crie de victoire) qui était devenu l’hymne du Sine : «Fañ na Ngoro Rog a deb no xolum, o fañin fañ fañ fañ ta waćća ćaa, fañin fañin fañ fañ fañ ta waćća ćaa».

Le 16 mai 1859 le ministre français de la marine donne de fermes instructions au gouverneur Faidherbe pour qu’il lui règle le problème du Sine. Ce dernier descend sur le terrain accompagné de Pinet Laprade, du lieutenant Brosand de Korguigny, du sous lieutenant Clary et le docteur Bel avec l’usage des canons (pour la premières fois, un canon tiré par des mulets fut utilisé au Sénégal). L’armée du Sine perd 150 «salmakors» (soldats) contre 70 tués du coté de l’armée coloniale).

« Ces gens là on les tue, on ne les déshonore pas », disait Faidherbe a Pinet Laprade. Propos repris par le Président Leopold Sedar senghor (natif du Sine) pour la devise de l’armée nationale sénégalaise.

L’histoire ne s’efface pas. Si vous allez à Ndoffane No Mad, un village du Sine situé à 2 kilomètres de Diakhao (ancien capitale du Sine), les dépositaires vous feront entendre ce vieux «bakk» de Bour Sine Coumba Ndoffène Famack. »

Voilà donc l’origine du fameux «Fañin fañ fañ fañ ta waćća ćaa» de Macky Sall