L’INSECURITE ALIMENTAIRE, UNE PREOCCUPATION DANS PLUSIEURS PAYS

Le Conseil ouest et centre africain pour la recherche et le développement agricoles (CORAF) a organisé hier, mercredi 22 juillet, un webinaire portant sur le thème : “La capitalisation et la pérennisation des résultats des projets des filières coton, maïs et élevage”. A cette occasion, le directeur exécutif du CORAF, Dr Abdou Tenkouano, a fait remarquer que l’insécurité alimentaire demeure une préoccupation dans plusieurs pays de la région.

« En dépit des améliorations de la production et de la productivité agricoles au cours de ces dernières années, l’insécurité alimentaire demeure une préoccupation dans plusieurs pays de notre région ; ce qui représente un indicateur de l’urgence de la mise en œuvre des programmes intégrés de développement rural pour les populations vulnérables ».

Ces propos sont du directeur exécutif du CORAF Dr Abdou Tenkouano. Il s’exprimait hier, mercredi 22 juillet lors d’un webinaire organisé par le Coraf-Uemoa et portant sur le thème :”La capitalisation et la pérennisation des résultats des projets des filières coton, maïs et élevage” Selon lui, en plus de la pandémie actuelle, le changement climatique, l’utilisation de la bioénergie et l’augmentation significative du prix des céréales favorisent l’insécurité alimentaire dans la région. «Ces nouveaux problèmes qui sont d’actualité méritent notre réflexion et la prise de mesures conservatoires au niveau mondial, et, j’en suis convaincu, ils seront abordés au cours de nos réflexions sur la manière de capitaliser sur les résultats obtenus dans ces 3 importants projets », indique-t-il.

Par ailleurs, il a soutenu que le développement de l’agriculture dans la région fait face à de nombreux défis tels que le manque d’infrastructures rurales, la mécanisation, les structures de préservation de l’agriculture, le financement de la recherche, les investissements dans les chaînes de valeur et la budgétisation pour la transformation et la durabilité de l’agriculture, les transports, la commercialisation, la sécurité alimentaire, etc. Malgré les succès et les défis d’aujourd’hui, le directeur exécutif du Coraf soulignera que « l’Afrique, et en particulier notre région, dispose d’un potentiel énorme, non seulement pour nourrir sa population et éradiquer la faim et l’insécurité alimentaire, mais aussi pour être une actrice majeure sur le marché mondial des produits alimentaires. Ce potentiel réside dit-il, dans ses ressources humaines, ses terres, ses eaux, ses rivières et océans, ses connaissances, ses ressources naturelles et ses énormes marchés ». C’est d’ailleurs conscient de cette opportunité, note-t-il, que le CORAF a choisi, il y a plus de 30 ans, de faire de la recherche agronomique l’un des piliers du développement régional.

Ndeye Aminata Cissé