“ Si je ne peux plus appeler les Sud-Africains noirs mes frères et sœurs, alors je ne peux appeler aucun autre noir comme moi mon frère ou ma sœur!
Je suis noir, et je considère que rien de ce qui est noir ne m’est étranger, dirait Terence dans ce contexte.
Nous sommes tous capables en tant que simples “individus” ou “peuples” des mêmes atrocités que commettent ces Sud-Africains.

Quels “vaccins” avons-nous qui nous immunisent contre ce type de folie collective ?

Aucun en réalité. Ici la foi en l’homme noir est une vue de l’esprit. Nous avons perdu la guerre avant même le premier coup de canon. On peut d’ores et déjà arrêter cette histoire d’unité ou d’union africaine…”

Mais l’émotion va passer car elle ne dure jamais longtemps…le souvenir également s’estompera refoulé dans les ténèbres de notre mémoire…parce qu’il le faut!

Chantons l’Afrique du Sud, sinon nous ne danserons jamais l’Afrique unie…L’horreur n’a pas de couleur, elle est humaine (même) dans son inhumanité. Nous ne sommes pas pires qu’un autre peuple…

“Vas-Tu y désigner un qui y mettra le désordre et répandra le sang ?”
Depuis toujours l’histoire de l’homme est écrite dans le sang…notre sang plus qu’aucun autre certes, mais nous sommes toujours là même si peut-être plus mort que vivant sous certains rapports.

Nous sommes LÀ. Pas nous sommes LAS!

Nous devrons produire de la sueur en quantité industrielle, on ne vaincra certes pas la mort mais on sauvera ainsi la vie le plus longtemps possible. Les larmes, les complaintes et les maudissements ne sont pas des remèdes contre le malheur.

Sauver l’Afrique c’est juste faire ce que l’on n’a jamais cesser de faire, bon gré mal gré, pour les autres et ils ont réussi: la SERVIR.

L’Afrique du Sud où tout le monde est servi par le noir et se porte à merveille, sauf le noir qui farouchement et avec une détermination surhumaine ne veut se servir à rien, en est la tragique illustration.

La clef n’est rien sans la volonté d’ouvrir…