« Plus de 90 % des alertes que je reçois viennent du foncier », avait déclaré Macky Sall, lors du 31e congrès des notaires africains qu’il présidait au Centre international de conférence Abdou Diouf (CICAD) de Diamnadio, le 1er octobre 2019.
La question foncière sera également abordée, devant les élus locaux, toujours au CICAD, le 10 octobre 2019. Pikine et Guédiawaye, fiefs du fameux duo familial de « AGRITRANS » vont servir de référence dans le cadre d’un argumentaire : « Vous le voyez déjà à Pikine, à Guédiawaye, des fois on veut vous donner des infrastructures, mais il n’y a pas de terrains disponibles pour faire un hôpital, un lycée, une université n’en parlons même pas. Si on continue à faire la spéculation foncière à vendre tout terrain qui existe cela va rentrer dans un domaine privé. Et donc les générations futures elles auront quoi ? … Il faut que l’on réfléchisse très sérieusement sur cette question, il faut une réforme et voir comment il faut distribuer les terres, »

La particularité de ces deux villes, c’est que non seulement les manœuvres politicio-affairistes y supplantent les normes d’une « politique publique » vertueuse, mais qu’elles sont le théâtre d’un écocide et d’un bradage foncier sans précédent. Qui a permis à 4 ha de la bande des filaos de tomber dans le « domaine privé » de magistrats ? Qui y procède à des morcellements et à des ventes « privées » de parcelles ? Ce ne sont pas quelques infrastructures qui vont blanchir le crime qui semble profiter à des politiciens, activistes ayant retourné leurs vestes et autres transhumants, imans, notables, badjenu gox! Demain fera jour et se dissipera tout ce saupoudrage ! Et il se confirmera toute la pertinence de nos alertes en dépit du fait que Macky SALL les ignore !

Babacar Mboup