“Mame makhtar Gueye et la communauté chrétienne entre l’avers et le revers d’un propos.

Comment peut-on comprendre et à défaut expliquer le propos de Mame Makhtar Gueye au relent d’une insulte heurtant la sensibilité religieuse de nos frères et sœurs chrétiens ?

A comprendre que Mame Diarra vaut plus que #Brigitte comme semble bien le laisser entendre le propos du sieur Gueye, il y a lieu de s’en offusquer.

Dans cette lecture, le prénom, en tant qu’élément intrinsèque du soi privé, social et religieux, a une incidence sur les individus en ce sens qu’il participe aux interactions sociales et à l’évaluation d’autrui compte tenu de leur foi.

Certaines réactions musclées et groupées à l’encontre de l’autre prouvent à suffisance que la religion chrétienne serait considérée comme le réceptacle de l’indécence notée dans certains téléfilms qui colle mieux avec un prénom chrétien qu’avec un prénom musulman dans ce pays.

Sous cet angle, oui, on a raison de s’en offusquer et de s’en prendre avec la dernière énergie à Mame Makhtar. Car, C’est inadmissible et illogique.

En effet, l’indécence ainsi que la perfidie sont question de comportements que peut refléter, dans notre société, quiconque qu’il soit musulman répondant par #Muhammad voire par Mame Diarra ou qu’il soit chrétien répondant par Jeanne ou #Virginie.

Seulement, ce comportement abject est banni aussi bien par la tradition que par l’esprit religieux des croyants musulmans comme chrétiens.

Bref, cette compréhension peut-être le revers du propos polémique. Autrement dit, il s’agit d’une interprétation tendancieuse quoique logique.

Mais, à mon sens, dans l’avers dudit propos, ici, le côté principal, l’essence qu’il conviendrait d’en saisir dans la perspective de ne pas verser dans un débat puéril et anachronique, par l’évocation des prénoms mis en cause dans son propos, l’auteur pourrait bien entendre la culture qu’il voulait indexer à travers #Jeanne et #Brigitte à l’occidentale et non la religion de Jeanne et de Brigitte à l’africaine.

En effet, Jeanne comme Brigitte, sénégalaises et chrétiennes ne sont pas à l’image de Jeanne et Brigitte dont la culture occidentale, ici, le comportement, peut, non seulement être contraire aux valeurs religieuses chrétiennes, mais aux valeurs traditionnelles à la sénégalaise. Car musulmans ou chrétiens, les sénégalais partagent, au-delà de celles relevant des religions, les mêmes valeurs culturelles.

Alors ici, aussi bien qu’on peut dénoncer l’indécence dont Brigitte sénégalaise peut faire montre, on peut également fustiger celle de Mame Diarra dans le même esprit au nom de notre tradition commune.

Dès lors, cette polémique, dans cette affaire, n’est qu’une question d’interprétation selon qu’on se place sous l’angle de la religion ou selon l’angle de la culture.

Et à mon humble avis, l’autre faisait allusion à la culture occidentale à travers les prénoms évoqués et opposés que la religion en soi.”


Soukeye Lo