C’est un grand jour pour une perle noire, un écrin brillant de mille feux, aux pieds en diamants sous lesquels la planète foot du continent va se prosterner en hommage à un nouveau Pharaon: Sadio Mané I.
Plus qu’un ballon d’or qui le sacre meilleur de tous les footballeurs africains du moment, c’est un parcours magique dont la célébration ne méritait de se faire nulle part ailleurs qu’ici sur les bordures du majestueux fleuve Nil et sous les regards admiratifs des Pharaons et la bénédiction des pyramides plusieurs fois millénaires.
L’Egypte est conquise. Et son cœur n’est pas venu que ce jour de gloire entourer la saga de l’enfant d’un coin perdu du sud du Sénégal -Bambali.
Depuis des mois que je vis dans ce pays son nom et celui de Hagg Diouf sont connus de tous. Ils incarnent le label Sénégal.
Les gamins prononcent, sans craindre de les écorcher, les patronymes des deux joueurs sénégalais, partout dans la rue, les boutiques, les écoles, les bus ou taxis et même dans les grandes conférences qui se multiplient dans les villes Égyptiennes. Même dans les villages, la légende de Mané et celle de Diouf montent sans discontinuer. Tous en parlent avec une telle gourmandise, yeux pétillants, qu’il est à se demander d’où vient le conte d’une jalousie à leur égard, notamment envers Mané. Le peuple Égyptien, fair-play, charmé par son génie, lui est acquis, je peux en témoigner. Sans doute faut-il en chercher les raisons hors de ce pays: au loin, sur les terrains où Liverpool évolue qu’on peut voir des scènes entre deux coqs mais ici, du Caire à Assouan, de Louxor à Sharm-El-Sheik, je peux dire qu’il ne manque aucune voix pour rêver d’un Mané en or, ce soir, sauf incompréhensible retournement de prédiction.
Ce matin, je salue le mérite de Sadio, le félicite, en applaudissant une Égypte revenue au cœur d’une Afrique en mutation tout en étant ravi que la victoire de notre feu follet, serial goleador, offre à notre peuple Sénégalais ce bémol, ce ballon d’oxygène, cette raison d’oublier, fut-ce brièvement, ses lancinants soucis de survie.
Fêtons Mané en considérant son triomphe comme le symbole d’une réussite individuelle, incarnation du talent enfoui dans la tête, les jambes et les cœurs de tant de sénégalais, aujourd’hui anonymes comme l’était hier le footballeur africain de l’heure.
Que son succès ne soit pas un prétexte pour un déploiement populiste, ne soit pas privatisé par un pouvoir politique sans vergogne et qui n’a plus que des expédients pour tenter de lustrer son honneur perdu. Bref, non et non à la récupération !
Parce que j’ai choisi l’Egypte, que je viens d’y boucler près de 400 pages d’un livre consacré au Sénégal et à ses dérives, que j’y avais diagnostiqué par écrit ici même son retour en grâce et recommandé qu’elle abrite la coupe d’Afrique des nations de football, que je m’y sens admirablement bien accueilli, je veux ce matin, avant le sacre de Mané, ce soir, dire que son triomphe est celui du pays qui l’accueille, l’Egypte, du notre, le Sénégal, et d’abord du sien, une victoire acquise à force de sérieux, rigueur et générosité.
Vive Mané. Nguir Yallah, Makhtar Ba et Macky, ne politisez pas cette affaire. C’est le sport qui est célébré par tous et pour tous, pour emprunter à votre slogan électoraliste!

IamMane. Un Pharaon est sur le trône du continent. Incontesté : Tamam, brillant en arabe !

Adama Gaye, Le Caire, 8 janvier 2020.