Mémorandum du Groupe de Réflexion sur l’Education au Sénégal

Mémorandum du Groupe de Réflexion sur l’Education au Sénégal :
Pr Abdoul Aziz Kébé
Pr Penda Mbow
Dr Fatou Kiné Camara
Dr Cheikh Guèye
Dr Bakary Samb
Dr Souleymane Gomis

Qui sommes nous ?

Un Groupe de Réflexion sur l’Education au Sénégal (GRES) composé de personnalités et d’expertises diverses issues de l’Université Cheikh Anta Diop et de l’Université Gaston Berger de Saint Louis, de la société civile, du monde diplomatique. :

QUEL EST NOTRE OBJECTIF ?

L’objectif du Groupe dans le contexte de crise généralisée de l’Education est de donner à la réflexion sur ce secteur une dimension prospective (sur le moyen et long terme), plus profonde que la recherche de solutions segmentées et cloisonnées aux manifestations de cette crise que sont les grèves, contestations et revendications intermittentes de l’élémentaire au supérieur, de l’enseignement classique aux daaras.

Une analyse sans complaisance par une approche systémique de l’Education au Sénégal

Après une analyse approfondie à partir d’introductions et de présentations d’articles et de travaux des différents collègues, le GRES a établi plusieurs idées fortes qui doivent structurer toute réflexion stratégique et prospective sur la question.

QUEL EST L’ETAT DES LIEUX ?

L’école sénégalaise en crise de modèle, de contenu et de finalité

L’école sénégalaise dans sa globalité ne se donne pas d’orientations stratégiques répondant à un modèle partagé par la société sénégalaise et les acteurs qui l’animent. Plus de 30 ans après les Etats généraux de l’éducation, il n’en reste pas grand-chose en termes de choix réalisé, tenu et évalué.

Aujourd’hui, le passage à une éducation de masse pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement provenant des injonctions et paradigmes des institutions multilatérales et dépendant de leurs financements dans un contexte de crise économique et de manque de moyens a suscité plus d’interrogations que de résultats.

Les interrogations
♣ Quel est finalement le modèle d’éducation sénégalais et son fil conducteur?
♣ Quels sont ses objectifs ?
♣ Quels sont les continuités à entretenir et les ruptures justifiées à faire ?
♣ Quelles normes minimales de qualité au-delà des chiffres maquillés ou pas ?
♣ Faut-il préserver la possibilité de former une élite et comment ?

L’école sénégalaise reste également marquée par l’extrême dispersion et la coexistence de différents modèles d’école (de plus en plus nombreux) sans sens commun, ni principe directeur.

Les différents modèles d’école au Sénégal
♣ école dite « française »
♣ école dite « franco-arabe », privée et publique
♣ école coranique (elle-même de différents types)
– daara tarbiyya
– daaras modernes
– daaras qui se prétendent tels, sans contrôle
♣ écoles communautaires de base
♣ écoles privées confessionnelles catholiques
♣ réseaux, croissant, d’écoles étrangères
♣ cases des tout petits
♣ maisons de l’outil
♣ Enseignement technique et professionnel

Par ailleurs, une grande partie de la population reste réticente à l’école dite française et les réponses sont encore incomplètes et peu satisfaisantes. Plus globalement, l’école incarne beaucoup moins qu’avant les valeurs sociales et citoyennes et les Sénégalais ont perdu foi dans le sens de l’école comme ascenseur social.

Si les chiffres sont avancés positivement quant à l’atteinte d’objectifs quantitatifs, le consensus est général concernant la baisse grave de la qualité et l’inadaptation des curricula.

L’inversement de l’image de l’école publique porteuse de qualité devant l’école privée désormais sans grève et garantissant les standards et les minimas de quantum horaire est désormais une réalité. Dans ce contexte, les initiatives privées se multiplient de la maternelle à l’université, de l’école laïque, catholique, franco arabe, bilingue, turc (yavuz selim), iranienne (IMI), aux écoles musulmanes moyen-orientales, etc. Se mettent ainsi en place parallèlement plusieurs systèmes d’éducation forgés de l’extérieur, avec des conceptions différentes.

S’y ajoute le vaste secteur dit informel qui compte des milliers d’écoles coraniques allant des daaras structurés permanents aux daaras où la mendicité prime sur l’enseignement.

Toutes ces écoles rendent compte de l’inégale prise en charge par l’Etat et la perte de contrôle sur le domaine le plus stratégique de l’avenir de notre nation. Au demeurant, l’école continue à discriminer les enfants (classes pléthoriques ou moyennement remplies, répartition inégale de la formation informatique, des enseignants de qualité, privés contre public, enseignement laic contre enseignement religieux, médersas musulmanes contre daaras, etc.) et est paradoxalement une fabrique d’injustice et d’inégalités dans les chances de réussite entre Sénégalais.

De manière générale, les réformes qui sont faites dans le sens d’intégrer l’arabe, le religieux et les langues nationales pour répondre à la demande d’une école plus « sénégalaise » constituent des tactiques pour gagner de nouveaux publics et non des choix stratégiques d’enseignement et d’éducation adossés à un projet de société global. L’école d’aujourd’hui marquée par une dispersion extrême reflète et renforce une désintégration des référentiels traditionnels endogènes, sur le fondem

De l’historicité et de l’ancrage de l’éducation religieuse au Sénégal

Le Sénégal est un pays à plus de 95% de musulmans et à presque 100% de croyants. Les ordres d’enseignement chrétiens sont proportionnellement bien représentés dans l’espace de l’offre éducationnelle avec une image saine et ouverte, malgré quelques insuffisances et leur dynamisme n’est plus à démontrer.

L’éducation islamique qui est une constante dans les sociétés musulmanes sénégalaises a a contrario, un déficit de reconnaissance, de respect et de structuration. Pourtant l’instruction est une obligation et l’accomplissement du rituel est fortement lié à un ensemble de règles que le musulman doit respecter, en collectivités ou en intimité.

Au Sénégal, l’enseignement arabo islamique a un ancrage historique, sociologique, scientifique, territorial, fort. Il est apparu dés l’islamisation et cela s’est définitivement installé dans les écoles depuis l’empire du Ghana bien avant le saccage de Kumbi Saleh par les Almoravides en 1076. Car le royaume du Tekrûr qui était partie de l’empire de Ghana a été un territoire où l’islam était dominant sous le règne de Wara Diabe (mort en 1044).

Bien avant la colonisation, l’arabe était la langue de formation des élites et les foyers d’éducation religieuse jouaient un rôle important dans ce sens. Saints et chefs religieux ont, au Sénégal, une forte tradition de fondation qui fait des daara, un instrument utilisé depuis plusieurs siècles pour faciliter le rôle de protecteur, puis d’encadrement, d’enseignement, des marabouts dans la société wolof. Plusieurs villes sont nées de l’initiative de marabouts ayant bénéficié de privilèges accordés par les pouvoirs en place dans la période qui a précédé la colonisation. Coki fondé en 1641, Pire en 1610, et Ndiaré sont les plus connus avant Mbacké par exemple.

C’est avec la colonisation que le Français est introduit et depuis, il est en compétition avec l’arabe qu’il ne parvient pas à détrôner malgré les efforts de l’administration coloniale et de l’Etat postcolonial. Aujourd’hui, l’enseignement arabo islamique reste une réalité et l’Etat a été obligé de le prendre en considération depuis les indépendances jusqu’à nos jours avec une force, une sincérité et des fortunes diverses. Il faut admettre que cette compétition entre enseignement « laïc » et enseignement arabo islamique revêt un caractère idéologique et politique qu’il faut désormais dépasser. Les marabouts de renom qui ont par la suite créé les confréries sont tous plus ou moins passés dans ces écoles, devenues les cadres de liens et d’alliances importantes entre familles maraboutiques. La plupart des wird confrériques y ont été initiés. Le daara d’aujourd’hui résulte donc d’héritages provenant d’initiatives d’agents maraboutiques et ont toute leur légitimité dans un enseignement et un système d’éducation avec un contenu sénégalais.
L’enseignement religieux musulman est une demande profonde d’une partie de la société sénégalaise, mais elle est contrainte dans son fonctionnement et dans ses débouchés. La difficulté d’accueil des arabisants de retour d’études à l’étranger en est l’un des révélateurs. La constitution de ghettos à tous les niveaux de l’enseignement en est la conséquence.

Les réticences par rapport à cette question ignorent que laisser le champ de l’éducation entre les mains d’entrepreneurs  »religieux » est aussi dangereux sinon plus. Or, l’exemple des pays comme le Maroc ou l’Algérie peuvent nous servir d’illustration pour montrer que le meilleur moyen de  »contrer » le radicalisme c’est de lui couper l’herbe sous les pieds en offrant un enseignement de l’islam éclairé, dénué de toute forme d’idéologie politique.

Incohérence, Injustice et discriminations persistent : exemple des langues nationales

Au-delà des injustices fondamentales liées aux dualismes écoles-daaras, francophones-arabisants, public-privé, le problème des langues nationales est un révélateur du fossé entre le projet de société national et le système d’éducation censé le servir.

Le rapport mondial sur le développement humain du PNUD, de 2004, confirmait la validité du lien entre monolinguisme d’Etat et discrimination. Le Sénégal a, dans son mimétisme du système hérité de la colonisation, été piégé par le mythe dévastateur du monolinguisme unificateur comme le Jacobinisme et d’autres principes issus d’autres histoires et d’autres cultures. « Le choix d’une langue officielle la langue d’instruction dans les écoles, la langue des débats législatifs et de la participation civique, la langue du commerce – dresse des barrières et modèle les avantages dont jouissent les individus dans la vie – qu’elle soit politique, sociale, économique ou culturelle. »
(Rapport mondial de l’UNDP sur le développement humain, 2004, p. 8-9, 61-62)

Dans des contextes comme celui du Sénégal, il est clair que toute politique de la langue officielle unique faisant fi de la pluralité linguistique existant dans la nation est inconstitutionnelle car, elle est une source directe d’exclusion et de discrimination entre les citoyens. En effet, quel développement envisager quand des millions d’individus et des forces de production importantes sont ainsi marginalisées dans leur expression intellectuelle, culturelle, économique, … ?

Il est désormais prouvé (Projet Elan, système d’éducation bilingue finlandais) que non seulement l’enseignement dans la langue maternelle permet d’éviter des années de retard dans l’acquisition de la connaissance mais encore, il développe la capacité de réflexion et d’utilisation du sens logique. En revanche, l’apprentissage du savoir et des savoir-faire dans une langue étrangère tend à la sous-utilisation de ses facultés intellectuelles en matière de sciences et techniques, la mémoire se substituant au raisonnement. (Cheikh Anta Diop, Les fondements économiques et culturels d’un Etat fédéral d’Afrique noire, Présence africaine, 1974, p. 36, 1ère édition 1960)

Globalement, le plurilinguisme d’Etat est le ciment du droit à la non discrimination et à l’égalité de tous et toutes devant la loi. Le respect des droits linguistiques de la population sont indissociables du droit à l’éducation.

La Convention des Nations Unies sur les droits de l’enfant (CDE) a été intégrée à la Constitution de janvier 2001, or, en son article 29 la CDE dispose que les Etats partie conviennent du fait que l’éducation de l’enfant doit viser à lui inculquer, en plus du respect de ses parents, de son identité, de ses valeurs culturelles, des valeurs nationales du pays dans lequel il vit, le respect de sa langue.

Le multilinguisme dans le système éducatif sénégalais est donc indispensable dans la mise en place d’une école préparant au vivre ensemble dans un Etat démocratique.

Déjà, en 1984, dans ses conclusions, la Commission nationale de réforme de l’éducation et de la formation (CNREF) avait proposé l’adoption des six langues nationales, dites de première génération, comme langues de travail à côté du français, le wolof étant utilisé comme langue véhiculaire au niveau national, chacune des cinq autres langues devant être utilisée, en même temps que le wolof et le français dans leurs zones d’implantation. Les critères retenus étaient d’ordre démographique (nombre de locuteurs, densité de la population dans la zone d’implantation), géographique (localisation, étendue de l’aire d’influence), sociologique (utilisation comme langue seconde par d’autres communautés linguistiques ou comme langue de communication par des communautés linguistiques différentes) etc.

Pour former en quelques années les cadres moyens bilingues, à même de servir dans l’enseignement primaire et dans l’administration. Il faudrait utiliser la méthodologie suivante (Dr Louise Marie Diop Maes, article inédit):
1. Commencer, sans plus attendre, à produire des manuels bilingues, page à page, langue française/langue nationale : du niveau du secondaire, de la sixième à la terminale.
Constituer une équipe de professeurs et de linguistes, en commençant par la première année du cycle secondaire, la « sixième », et par les mathématiques et les sciences, puis en continuant, d’année en année, jusqu’à la terminale.
2. Instaurer des écoles secondaires et techniques bilingues, français/langue nationale : selon le système de toutes les écoles bilingues, qui n’exclut nullement l’enseignement d’autres langues.
Avec cette méthodologie, les résultats suivants pourront être atteints
¬ Au bout de 4 ans (fin premier cycle, BFEM) le Sénégal dispose de diplômés bilingues pour l’enseignement primaire.
¬ Au bout de 7 ans (fin second cycle, BAC) le Sénégal dispose de cadres moyens bilingues pour l’administration
¬ A moyen et long terme l’accroissement de la divulgation des savoirs et des savoir-faire se traduit en termes de progrès économique, technique et scientifique pour le Sénégal.
Les difficultés que ce système va rencontrer et leurs solutions sont déclinées ci-dessous :
♣ Enseigner aux professeurs et aux élèves à écrire dans les langues nationales
L’initiation des élèves sortant des actuels CM2, et des professeurs du secondaire, à l’écriture de leur langue en caractères latins, peut se faire en moins de deux mois. Il est plus facile d’apprendre un alphabet qu’une langue étrangère.
♣ Le coût élevé des traductions
Les traductions sont un investissement de départ dont le coût peut être élevé toutefois, il faut dans ce calcul prendre en compte le coût des taux de redoublement élevés, de la déperdition scolaire, de la non maîtrise des sciences et techniques, de la perte des savoirs et savoir-faire endogènes tous induits par le fait que depuis un demi-siècle règne dans le système d’enseignement l’usage hégémonique du français. (Olabiyi Babalola Joseph YAÏ, (2008), allocution à la Conférence internationale sur le thème « Mondialisation et langues – mettre à profit notre riche patrimoine », UNESCO et Université des Nations Unies, Tokyo, 27-28 août 2008)

La pluralité des systèmes d’éducation fabrique une société de confrontation

Avec d’un côté des écoles de l’éducation nationale organisées par l’Etat et de l’autre les écoles non organisées par l’Etat et des écoles privées qui entrent dans la catégorie des écoles dites formelles, des écoles coraniques, islamiques, des daaras d’éducation partout dans le pays, il y a plusieurs types de Sénégalais qui évoluent dans des environnements éducatifs différents, parfois antagoniques. Ce fait alimente et justifie des discours de revanche, de stigmatisation des uns par les autres, des diplômes propres, des modes de pensée en conflits, des débouchés impossibles à organiser et des masses de frustrés à vie.

Il y a ainsi plusieurs types de Sénégalais qui se font face à face dans les débats sur la démocratie, les droits humains, les droits des femmes, le code de la famille, qui considèrent l’Etat et ses règles de manière divergente. Les lignes de fracture pour le futur sont déjà établies et sont grandes de menace pour la cohésion nationale.

***

Pour une éducation vraiment sénégalaise dans un projet de société d’enracinement et d’ouverture – Consensus des membres du GRES

Le principal problème du système d’éducation est qu’il ne s’adosse pas à un projet de société clairement défini et n’est pas articulé à nos systèmes de pensée et de valeurs. Il doit être conçu et défini en rapport avec une société de synthèse à la croisée des traditions africaines endogènes et des influences arabe et française et faire l’objet d’un consensus national.

Le projet de société défini dans le cadre des Assises Nationales, espace le plus large d’élaboration de principes et d’agendas sur la société sénégalaise est le suivant : un Sénégal démocratique, républicain, laïque et souverain, disposant d’une sécurité nationale crédible dans une Afrique solidaire intégrée et ouverte. Un Sénégal régi par une gouvernance fondée sur l’éthique, l’enracinement dans les valeurs morales, la démocratie participative, la concertation, le respect des institutions et des libertés individuelles et collectives.

Un tel projet de société doit élaborer une offre d’éducation qui permet d’atteindre des performances importantes dans la formation du citoyen, son épanouissement économique, culturel, social. Mais l’offre serait désincarnée si elle ne prenait pas le temps de cerner les diverses demandes d’éducation et de leur trouver une réponse commune garantie par l’Etat, gardien de la réalisation du projet de société.

En considérant tous ces éléments, le GRES propose à l’Etat du Sénégal et à tous les acteurs de l’Education un consensus sur une refonte et une refondation du système d’éducation et de ses contenus à moyen terme (5 à 7 ans).
L’offre d’éducation peut être multiple en répondant aux demandes exprimées mais le profil du citoyen doit être unique. Il faut donc un tronc commun à toutes les offres et la liberté d’ajouter des branches à ce tronc.

C’est un socle commun d’enseignement et d’éducation basé sur les objectifs du projet de société qui est le gage de la cohésion nationale et du développement du Sénégal.