Ndingler : L’État restitue provisoirement les terres aux paysans !

Les populations de Ndingler ne sont plus loin du bout du tunnel. Selon les dernières informations obtenues par eMedia, l’État du Sénégal a accordé aux paysans une restitution provisoire des terres qu’ils réclamaient à l’homme d’affaires Babacar Ngom, PDG de la SEDIMA, lequel brandissait un titre foncier sur près de 300 hectares dans la zone située à cheval entre les communes de Sindia et de Ndiaganiao, dans le département de Mbour.
Après l’échec de plusieurs médiations, menées notamment par le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Aly Ngouille Ndiaye, et son homologue en charge de l’Urbanisme, Abdou Karim Fofana, c’est finalement une décision venue du palais qui devrait trancher le litige. Dans un communiqué du ministère de l’Intérieur, publié ce lundi après-midi, il s’agit simplement d’une solution provisoire. “À l’issue de ces concertations, un compte-rendu a été fait au chef de l’État. Sur ses instructions, les habitants du village de Ndingler ont été invités à retourner dans leurs champs originels pour sauver la campagne agricole et Sedima Sa invitée à arrêter les travaux dans cette partie des terres”, indique le document. En attendant, relève le document, “Le gouvernement exhorte les responsables de la SEDIMA Sa et les populations à poursuivre les discussions pour qu’une décision définitive soit scellée d’ici la fin de l’hivernage 2020.”
Selon Mbaye Diouf, membre du Collectif pour la défense des intérêts de Ndingler, joint par eMedia, cette solution leur a été annoncée par le ministre de l’Intérieur lui-même, qui l’a appelé personnellement pour lui faire part de la nouvelle, en attendant les modalités d’application : les paysans de Ndingler vont donc obtenir gain de cause. “Le ministre de l’intérieur nous a appelés au téléphone à 17h, pour nous en parler. Il nous dit que l’État a décidé de nous restituer toutes les terres qui étaient exploitées par les paysans de Ndingler. Nous attendons la mise en application d’une telle décision pour apprécier”, dit-il.
Pour sa part, la SEDIMA attend d’entrer en contact avec les autorités avant de se prononcer sur cette nouvelle donne selon des sources proches de la firme, interrogées par eMedia.