Ndongo Samba Sylla: “L’Afrique devra produire et partager différemment”

Pour «donner son sens à l’avenir», l’économiste sénégalais Ndongo Samba Sylla estime que l’Afrique devrait passer d’un modèle de développement fondé sur le profit et la valorisation du marché à un modèle de développement fondé sur la durabilité des écosystèmes et une démocratie «authentique».

En 2015, Ndongo Samba Sylla a publié «La démocratie contre la République» (L’Harmattan, 2015), un livre dans lequel l’économiste sénégalais, champion du monde de scrabble dans sa jeunesse, déconstruit l’histoire de La démocratie occidentale doit mieux comprendre ses effets sur les formes d’expression de la mondialisation au XXIe siècle.
«L’économiste du développement», attaché à la Fondation Rosa Luxembourg de Dakar et très critique à l’égard du franc CFA qui, selon lui, retarde le développement de l’Afrique, a également dirigé le livre «Mouvements sociaux en Afrique de l’Ouest», avec le sous-titre explicite: «Entre les ravages du Le libéralisme économique et la promesse du libéralisme politique ». Entre ces deux facteurs, comment devons-nous considérer le développement de l’Afrique, présenté régulièrement et parfois à la hâte par les acteurs économiques et les médias, comme le «continent du XXIe siècle»? Selon Ndongo Samba Sylla, il faut d’abord reconsidérer les théories sur lesquelles sont fondés les systèmes libéraux afin de redonner un sens à l’idée de « développement ».

Vous dites qu’il y a un malentendu à la base de l’idéal démocratique occidental; penser à la démocratie comme une longue tradition d’Athènes qui a duré jusqu’à aujourd’hui.
La démocratie est maintenant considérée comme bonne. Cependant, l’histoire montre que la démocratie, en tant que mot et en tant qu’idée se référant à l’égalité politique, a été particulièrement détestée et vilipendée par les intellectuels et les érudits de l’Antiquité au milieu du XIXe siècle. Par exemple, dans le contexte de la Révolution française, le mot « démocratie » n’a été utilisé que pour la terreur révolutionnaire. Le mot « république » a été utilisé. Et dans l’édition de 1827 du Dictionnaire classique de la langue française, la démocratie est définie comme «la subdivision de la tyrannie entre plusieurs citoyens» … Pendant longtemps, la démocratie a été considérée comme le régime de l’anarchie, du chaos et de l’égalité. Dans ma démonstration, je me concentre sur un point: ceux qui ont construit des systèmes politiques modernes ont voulu se prémunir contre la démocratie, cette « inanité qui ne peut pas durer plus d’un jour », pour citer les électeurs américains et les hommes politiques de l’époque à qui l’incompatibilité fondamentale entre le capitalisme et la démocratie étaient si évidents.