NON , LA MESSE N’EST PAS ENCORE DITE.

A quelque 72 heures de l’annonce des « premiers sondages sortis des urnes », le travail de sape est déjà bien enclenché.
La presse française et une partie de la presse locale commence à distiller insidieusement des « tendances lourdes » uniquement sur la base du brouhaha mobilisationnel de ces dernières semaines.
C’est vite oublier que depuis au moins l’an 2000 (avec confirmation en 2012), les électeurs sénégalais sont vaccinés contre les mirages visuels et auditifs des campagnes électorales. L’Electorat Sénégalais est capable de porter aux nues un candidat dans la rue, les stades et la place publique, pour ensuite le vouer aux gémonies le jour J dans les bureaux de vote, avant de le trucider sur les PV. Notre histoire politique récente faisant foi.
Donc Fa woon, Na woon pour inverser des tendances fictives issues de mobilisations préfabriquées,Leçon sue.

N’empêche que ce qui se trame nous invite à requinquer notre blindage psychologique pour faire face au formatage des percepts en cours. Il ne faut pas verser dans la naïveté béate. L’un dans l’autre, l’appel de Prési-candidat à « traduire » ses mobilisations fumeuses en vote réel en sa faveur, et le travail de sape de la presse que j’évoquais tantôt (basé sur des à priori peu féconds) n’est qu’une tentative de corréler deux phénomènes (mobilisation et vote effectif) qui n’entretiennent aucun lien de cause à effet au regard de nos expériences d’alternances.

Damani, bou lèèn kèn tiiteul par des subterfuges communicationnels juste bons à rendre frileux des indécis ou à entamer la détermination des décidés : C’est dans les urnes, et UNIQUEMENT dans les urnes que l’affaire se jouera…