Nous sommes tous des « sud-africains », négrophobes

Les sud-africains ne sont pas plus barbares que ceux qui les taxent de barbares. La barbarie est une façon de penser qui est coloniale; l’art de se contenter d’une version paresseusement simplifiée d’une réalité plus complexe.

Comme tous les africains noirs, les sud-africains sont atteints d’une maladie : la négrophobie. Cette maladie qui se manifeste par le rejet de tout ou partie de l’ontologie et de l’existence nègres, donc le rejet par le sujet nègre de son propre être psychique, physique, culturel et social. Le summum de cette pathologie est le déni de la réalité, comme le refus des sud-africains d’admettre que ceux qui contrôlent leur pays et les maintiennent dans la misère ne sont pas les noirs africains, mais des blancs qui se disent africains, des Indiens, des Chinois, etc..

De même dans toute l’Afrique noire les populations, les élites politiques et intellectuelles en premier, font tout pour ignorer et s’acoquiner avec la société coloniale constituée de la bourgeoisie locale et des réseaux d’affaires noués autour de lignages étrangers français/anglais/libano-syriens, etc., qui dominent leur pays en se servant des politiciens et des fonctionnaires locaux.

De la dépigmentation de la peau, au port de cheveux et de cils ou d’ongles, de l’exil à l’import artistique, juridique, insititutionnel immodéré et irréfléchi, de l’auto-dérision politique à l’auto-dévoration économique et sociale, de la xénophobie à l’autarcie, la négrophobie est cette cage que le nègre s’évertue à dresser autour de lui, depuis le foyer jusqu’au pays tout entier, et même pendant son exil à l’étranger, le plus souvent chez l’ancien colonisateur.

La différence entre les sud-africains et leurs congénères noirs d’Afrique c’est la trajectoire et le degré traumatiques par lesquels ils se distinguent. Autre différence, les sud-africains sont habitués à la lutte armée, la violence et la mort sont des banalités pour eux et chez eux, dans leur en-soi véritable que sont les townships et les bantoustans « urbanisés ». Dans les pays d’Afrique francophone par contre, la lutte armée est inconnue, à part dans des poches aujourd’hui réduites par l’establishment politique grâce à la cooptation et au clientélisme. La violence et la mise à mort de foule sont des horreurs étrangères que le maslaha et la palabre répugnent. Grande similitude avec le reste des négres d’Afrique, c’est la compromission d’origine et de vocation des élites intellectuelles et politico-administratives corrompues. Ces élites entretiennent et vivent de la négrophobie ; elles en sont les infirmiers administrateurs des agents pathogènes.

Aboubakr Tandia