Où se situe la vérité?

Le Vénéré Cheikh Abdoul Ahad, troisième Khalife de Khadimou Rassoul, était connu pour son attachement viscéral à la vérité. Et la quintessence de son enseignement est, en toute chose, en toute circonstance, de s’en tenir à la vérité, quoi qu’il puisse nous en coûter. De Cheikh Saliou Mbacké, nous avons appris que le mensonge et le faux témoignage sont de la catégorie des péchés si abominables aux yeux de Dieu qu’on les classe parmi les «Kabahiri».

Le dénominateur commun entre Khadimou Rassoul, Seydi El Hadji Malick Sy, Baye Niasse, et tous les autres Saints dont Allah SWT dans sa grande mansuétude a gratifié le Sénégal, est qu’ils se réclament tous du rite Malékite. Cet Islam malékite est essentiellement fondé sur la paix, le respect de la vie humaine et des biens d’autrui et sur le culte de la vérité et de la justice. Et, que je sache, la doctrine qui sous-tend la foi de nos frères Chrétiens ne dit pas autre chose.

Nous nous accorderons donc tous pour affirmer que le respect de la vie d’autrui, de son intégrité physique et de celle de ses biens, sont des actes d’adoration. C’est cette même disposition qui érige le suicide au rang de péché capital.

Ceci dit, examinons la situation actuelle du pays. Après le scrutin du 24 février, nous en sommes actuellement dans la phase du recensement des votes. La sagesse aurait recommandé d’attendre que les institutions chargées légalement de proclamer les résultats se prononcent avant d’entreprendre quelque action que ce soit ou d’adopter une attitude ou une autre par rapport au prononcé du verdict sorti des urnes. Au lieu de cela, chaque État-Major brandit ses chiffres, fait ses projections et énonce ses conclusions. Les esprits se surchauffent, les nerfs se tendent. Et, si l’on n’y prend garde, nous allons vers des lendemains incertains.

Le sentiment le mieux partagé dans les milieux de l’opposition semble être une certaine défiance envers le Juge Demba Kandji qui mène les opérations de recensement des votes. Sa neutralité est mise en doute. Mieux, on voit en lui l’instrument par lequel le pouvoir sortant va «légaliser» sa victoire dès le premier tour.

Revenant aux enseignements de nos religions et aux exemples de nos vénérés guides religieux, moi j’accorderais un préjugé favorable à Demba Kandji. C’est un magistrat qui a prêté serment devant Dieu et les hommes. Il a une famille, des parents et des amis dont il veut certainement avoir et garder l’estime. Il veut certainement pouvoir se regarder dans un miroir sans «rougir» de l’image qui lui est renvoyée. En somme, il veut certainement garder l’estime de soi-même. Ensuite, il est certainement un croyant. Il ne va donc pas, pour les beaux yeux d’un mortel comme lui, braver les interdits de Dieu en sachant ce qu’il lui en coûtera. Donc, jusqu’à preuve du contraire, je crois qu’il dira la vérité, en âme et conscience.

Descendre dans la rue pour signifier et exprimer par l’action le rejet du verdict du Juge débouche forcément, au-delà de la violence exercée sur autrui, sur la destruction de biens publics ou privés. Et, c’est là que j’invite chaque camp à se poser la question de savoir ce que ça lui rapportera de mettre le feu au pays. Ce pays qui nous appartiens tous et pour le progrès duquel nous prétendons agir, entreprendre. Il me plait de rappeler avec respect les paroles pleines de grandeur et de noblesse de Abdoulaye Wade qui disait qu’il ne marcherait jamais sur des cadavres pour entrer au Palais.

Un point de vue personnel : j’ai mes convictions personnelles, une manière de sentir et de concevoir ce que doit être ma vie en tant que citoyen. Mais je n’ai pas la prétention d’avoir raison sur tous les autres. Autant je tiens à ce qu’on respecte mes opinions, autant je reconnais aux autres le droit de penser autrement. La conclusion que j’en tire c’est que ceux qui ont des points de vue différents des miens ne sont pas mes ennemis. La seule confrontation que je peux avoir avec eux se situe sur un plan idéel. Au-delà du débat d’idée avec eux, je refuse toute autre forme de confrontation. Les agressions physiques ou verbales me semblent relever du domaine du manque d’arguments intelligents.