Par Amadou Ba

Alassane Ouattara va se représenter pour un troisième mandat. Il devance Macky dans la faille qu’il entend mettre en avant pour imposer juridiquement sa candidature: l’absence de dispositions transitoires mentionnant que la réforme constitutionnelle s’appliquait aussi à son mandat en cours.

Après plusieurs tergiversations, il a finalement cédé aux sirènes de la Présidence à vie et du Après moi, c’est le déluge.
Macky Sall prend étrangement le même chemin avec son refus catégorique de se prononcer sur le sujet, tout en ne désignant aucun dauphin pour l’Apr, un mystère pour tous les analystes.

Si Ouattara passe avec la bénédiction de la France, Macky imposera sa candidature pour permettre à l’Eco-Cfa d’enterrer définitivement l’Eco-Cedeao.

Le pire, c’est que cette forfaiture risque de galvaniser des tyrans comme Alpha Condé ou IBK du Mali qui vont durcir la répression des manifestations. Malheureusement, le cours de la bourse aux morts électoraux va s’envoler pour ces boursicoteurs politiciens.