OUSMANE SONKO EN TERRE CASAMANÇAISE !

Au sein du club des présidentiables, Ousmane Sonko est certes le plus jeune, le plus bavard, mais il est aussi celui qui fait le plus de gaffes et de bourdes. C’est le discours qu’il l’a fabrique, mais c’est ce même discours qui montre ses limites dans beaucoup de domaines surtout dans celui de la geo-strategie et de la diplomatie. Et rien n’illustre mieux cette verite que la conception et la conceptualisation qu’il se fait de la question casamançaise. Pour lui , ce qui se passe en Casamance est juste une question d’injustice sociale et spatiale. Dans son livre  » Solutions » , il dit ceci :

 » Ce que les separatistes réclament en verite , c’est ce que tous les senegalais exigent et le sentiment qui les anime est largement partagé par beaucoup de populations provinciales , et plus sérieusement chez les populations des zones frontalières qui quelquefois s’identifient au Mali, à la Guinnée ou à la Gambie qu’au Senegal. »

Autrement dit, pour lui ce que reclament les  » separatistes :  »

« c’est plus de justice et d’equite dans la distribution de la richesse nationale, plus d’équilibre de l’Etat central pour donner à tous les senegalais le même sentiment d’appartenir à une meme nation, la meme dignite de senegalais bref, le meme sentiment de commun vouloir de vie commune  » , alors que le separatisme designe :  » la volonte d’un groupe d’individus unis par un certain caractere et en une zone geographique , de se detacher politiquement d’une collectivite a laquelle ils appartienent » . Que remarquez-vous ? Separatisme va avec vie commune. C’est la coherence de M Sonko ?

Et de cette conception y surgit la solution qu’il propose pour resoudre ce conflit. De surcroit, il fustige les solutions des regimes precedents :
 » Trois regimes politiques se sont succede depuis le debut de cette crise et aucun n’a pose de réelles solutions » Et dans ce registre, il propose comme solutions :  » une vraie decentralisation avec transfert important de moyens, de competence et d’autorite, une vraie politique sociale inclusive et équilibree, et des discussions franches et ouvertes avec le MFDC, impliquant toutes les composantes religieuses et coutumieres et faisant valoir les rapports ethniques etroits et seculaires entre senegalais. » Et le salut viendra par lui !

Et si on suit bien sa logique la rebéllion est une logique de résistance car , dit-il :
 » ..au debut de l’independance , la Casamance a subi des injustices d’un pouvoir central autocentre sur Dakar et represente par un commandement et une administration territoriale mal formes, encore imbus de l’esprit colonial et ignorant souvent des realites et specificites culturelles. Elle continue aujourd’hui d’etre victime de la forte concentration des investissements publics dans la presqu’île du Cap-Vert et quelques villes peripheriques et d’un enclavement étouffant. Oui ! »

Une injustice sociale et spatiale justifie-t-elle ces morts ?
– Babounda , juillet 1995 , 26 militaires tues
-Mandina Mancagne, aout 1997, 23 militaires executes
-Decembre 2011, 11 civils tues par Attika.
Et pour ne citer que ceux-la comme exemples.
Et ce qui est plus cocasse , il justifie ce qui se passe en Casamance comme simplement  » …des specificites culturelles , geographiques et naturelles assez particilieres qui, associes aux frustrations …ont pu declencher et rendre possible l’avenement et la persistance d’idee et surtout d’actions separatistes.  » Avez-vous remarque le mot separatiste ? Des morts qu’il ne cite pas et une armee qu’il n’encourage pas dans ce conflit.

Enfin , pour trouver l’aire du vent qui le menera vers ou il veut en venir et qui montre son incoherence, il dit que ces elements qu’il citent :  » ne peuvent fonder ces revendications ni expliquer ces actions » jouant à l’optimisation avec des allers et retours speculatifs. Et c’est ça le pragmatisme diplomatique et logique boutiquiere.

Mouhamadou Moustapha Diop