Au sortir de la consultation électorale du 24 février, les organes légalement habilités à proclamer les résultats ont déclaré, comme nous le savons, le candidat Macky Sall vainqueur. Aurait dû s’en suivre, normalement, une période contentieuse durant laquelle les recours des candidats malheureux pour contestation de ces résultats seraient examinés et vidés. Mais ces candidats, bien qu’ils aient rejeté sans ambiguïté les résultats publiés, ont préféré renoncer à leurs droits aux recours. Mieux, aucun d’entre eux n’a appelé à la manifestation, encore moins à violence, pour signifier leur rejet de l’arrêt du Conseil Constitutionnel qui ouvre l’ère du deuxième mandat pour le candidat Macky Sall. Et, le candidat vainqueur lui-même, a appelé des challengers à un vaste dialogue pour discuter ensemble des orientations à donner à la gestion du pays

Qu’est-ce qui fonde donc cette malencontreuse surenchère venant de certaines factions de la Coalition BBY qui a porté la candidature de Macky Sall, dont le moins qu’on peut en dire est qu’elle n’est pas de nature à calmer le débat? Et me vient à l’esprit l’image d’une charogne que cerne une horde vautours affamés, et qui n’attendent que le signal de la curée. Sinon, comment comprendre cette surprenante sortie du Parti Socialiste qui réclame plus de ministres dans les futurs gouvernements du deuxième mandat, tout en estimant prématuré l’appel au dialogue lancé à l’opposition par le Président? Dans la même veine, comment comprendre cette ahurissante requête d’une faction de BBY qui réclame la mise en résidence surveillée du candidat Idrissa Seck? Quel danger représente Idrissa Seck pour la République, lui qui a déclaré devant un témoin privilégié, en l’occurrence, le Khalife Général des Mourides, qu’il prônait la paix?

C’est regrettable mais, il semble qu’il faut croire que pour ces acteurs de la scène politique, qui chacun revendique son mérite dans la victoire de leur candidat, l’heure est venue de toucher le dividende de leur engagement. En somme, pour eux, la République n’est une carcasse dont ils veulent leur part, une fois la victoire acquise.

Dès lors, ne sommes-nous pas en droit de penser que notre patrie est en danger ? En danger, du fait de toute cette horde de prédateurs, prêts à sonner l’hallali et qui, pour arriver à leurs fins, peuvent allègrement, sans état d’âme, compromettre la paix sociale de notre pays?

La riposte nous incombe à nous tous, patriotes de ce pays, qui aimons notre patrie et qui ne pouvons accepter que, pour des intérêts personnels, on puisse la mettre en danger. La riposte sera conforme à la légalité républicaine, elle sera responsable. Elle sera inscrite dans la logique de la préservation de la belle image de ce qu’on appelle l’exception sénégalaise et que le monde entier nous envie.

Il faut que tous les patriotes de ce pays se mobilisent pour ne pas laisser le terrain aux hyènes et autres charognards, tous ces flagorneurs qui entourent le Président. Déjà que certains d’entre eux essaient de lui faire miroiter la possibilité de briguer un troisième mandat.

Il faut que les patriotes de ce pays posent le débat républicain pour résoudre définitivement les questions suivantes :
a) Le Président élu ne sera plus chef de parti.
b) L’organisation des élections sera confiée à une structure indépendante du Ministère de l’Intérieur.
c) Le fichier électoral sera rendu fiable de sorte que toutes les parties en lice s’y retrouvent clairement.
d) De même, la carte électorale sera connue de tous, à temps et verrouillée, de sorte qu’aucune manipulation de dernière minute ne soit plus possible.
e) Réforme fondamentale des Institutions de la République dans le but de leur faire jouer leur rôle en parfaite indépendance les unes par rapport aux autres.
f) Gestion transparentes de nos futures ressources gazières et pétrolières au mieux des intérêts de notre Patrie.
La liste n’est pas limitative.

C’est dans cet ordre d’idées que je salue la proposition de certaines organisations civiles de créer un Ministère de la Citoyenneté afin de faire que nos appartenances ethniques se soient plus instrumentalisées par les politiciens pour infléchir nos votes dans le sens qu’ils veulent. C’est également l’occasion de saluer la parution d’un livre édité par des religieux de toutes confréries, qui vient à point nommé pour désamorcer le risque (crée artificiellement par nos politiciens) de confrontation entre nos différentes «Tarikhas».

Toutes ces considérations me conduisent à dire qu’il serait inopportun de rejeter la main tendue du Chef de l’État et de boycotter le dialogue auquel il appelle les forces vives de la Nation. Même s’il est indéniable que la jurisprudence justifie une certaine méfiance quant à la bonne foi de l’interlocuteur et à la fiabilité de sa parole, mon sentiment est que l’intérêt de la Nation commande de ne pas abandonner le terrain aux prédateurs.

Donc, après avoir défini avec rigueur les termes de référence de ce dialogue, allons à la table de négociation, avec un esprit constructif, et restons-y, pour l’intérêt de la Nation, tant que l’attitude de notre vis-à-vis ne nous donnera pas des raisons d’en sortir.