Paris, Turin, Rome… et Liverpool

Après le cauchemar de Rome, c’était impossible que le même scénario se répète pour le Barça. Et pourtant si, le Barça a vécu le même désastre qu’il avait vécu lors de ses derniers grands matches de Ligue des champions à l’extérieur.

La défaite fait encore plus mal, parce que l’équipe semblait encore plus rodée, une équipe plus forte. Une équipe que personne ou presque n’avait pu faire tomber cette saison. Et pourtant…

Liverpool jouait sans Mohamed Salah, et sans Roberto Firmino. Avec Origi et Shaqiri, deux joueurs de second plan dans l’effectif de Jürgen Klopp. Pire que Rome, parce que le Barça n’avait encaissé que deux buts cette saison en Ligue des champions.

Le désastre d’Anfield fait bien plus mal que celui de Rome, car il a provoqué la chute d’une équipe que tout le monde voyait déjà championne d’Europe, une équipe qui était aux portes de la finale.

C’est un cauchemar qui confirme une nouvelle fois le manque de mental des coéquipiers de Messi à l’extérieur du Camp Nou lors des dernières années lors des plus grands rendez-vous européens.

Après le 4-0 du Parc des Princes, l’élimination à Turin, puis la ‘romantada’ italienne, c’est une ‘redmontada’ que Liverpool a infligé au Barça, empêchant une nouvelle fois toute réaction de la part des Catalans. La malédiction est toujours sur pied.