Pathétique, inique, cynique, cette stratégie synchronisée et cordonnée aujourd’hui visant à salir Monsieur Adama GAYE. Dans plusieurs publications médiatiques et sous plusieurs formes rédactionnelles, trois personnes, Abdou Latif COULIBALY, Alioune FALL, et Pape Samba MBOUP, ont de manière coordonnée et disproportionnée, choisis un seul angle de tir et adopté une vielle tactique des guerriers arabes. Les arabes disaient pour empêcher à un message de passer, faut attaquer le messager. Une bien vieille ficelle que nos chers amis ont tenté aujourd’hui en l’adaptant à la communication de crise et en faisant « du déplacement latéral ».

J’ai lu avec intérêt toutes les positions et publications de ces personnes aujourd’hui et je me suis rendu compte qu’elles tentent un piège qui ne va pas marcher. Leur stratagème ne prospérera pas. Leurs arguments visant à réduire les opinions, positions et publications de Monsieur Adama GAYE à des propos indécents ou insolents ne tiennent pas sur le tabouret. C’est vrai, que personne ne cautionnera l’indécence, l’insolence et l’irrévérence. Mais si ces trois choses sont contenues dans les opinions, positions et publications de Monsieur GAYE, elles ne représentent alors qu’une infime, infime partie. Je dirais même 0,001 %. Tout le reste de ses opinions, positions et publications sont des idées, arguments moulés dans un combat qu’il juge patriotique. Je ne serais pas honnête si je dis que tout dans son combat est fait de manière correcte.

Mais est-ce qu’un faux pas dans une démarche jusqu’ici rectiligne, devrait nous pousser à dire que telle personne n’est pas sur le bon chemin ? Il a fait un faux pas, c’est vrai mais cela doit pousser à l’aider à se relever mais pas à l’enfermer et à enfermer ses positions et postures. C’est injuste. C’est illogique.

La politique de l’insulte et de l’irrévérence n’est pas nouvelle dans le champ public. Je rappelle qu’il y a quelques années, dans le champ médiatique et dans l’espace public, il y avait un journal qui s’appelait « Il est Midi ». Un média avec qu’une seule ligne éditoriale et une seule cible, qui était un Premier ministre à l’époque, donc une institution. Ce journal puisait dans les plus profonds abysses de l’indécence et de l’insolence pour nous sortir des bassesses, juste pour salir l’ancien Premier ministre, Idrissa SECK. Le Directeur de publication de ce journal est aujourd’hui, Président du conseil d’administration de la plus grande société médiatique du pays. L’intention de salir, de nuire était pourtant manifeste.
Souleymane Jule Diop, qui a insulté nos institutions sociales (Chefs religieux), a siégé dans l’enceinte de décision la plus élevée de ce pays, le conseil des ministres. Son collègue Moustapha Diop, a insulté ici publiquement des magistrats, une institution judiciaire. Il porte toujours le titre de ministre de la République. Donc qui a fait la promotion de l’insulte, de l’indécence, de l’insolence au sein du champ public et politique ?

Si nous sommes d’accord que la politique de l’insulte et de l’injure est inacceptable, refusons alors cette condamnation unique et inique. Est-ce que ceux qui condamnent les propos de GAYE comme messieurs COULIBALY, FALL, MBOUP l’avaient fait quand ces personnes que j’ai citées, procédaient de la sorte ? Si ce n’est pas le cas, je pense qu’ils n’ont le droit de juger Monsieur GAYE. Je suis contre la méthode du « deux poids, deux mesures  » ou de la justice des vainqueurs.

Ce qui fait mal, c’est que toutes ces personnes ont attendu que monsieur GAYE, soit sans défense parce que entre quatre murs pour oser, l’attaquer. Messieurs COULIBALY, FALL, MBOUP, Monsieur GAYE intervient dans le débat public depuis des années et je ne vous ai jamais vu lui apporter la contradiction. Alors pourquoi aujourd’hui, de manière coordonnée, disproportionnée et se livrer aussi à une opération de moralisation commandée ?