Pétrole et Gaz au Sénégal : quand  une certaine opposition et une certaine  Société civile se mettent au service des « lobbies » étrangers, consciemment ou inconsciemment

En vérité le tollé aussi fumigène que toxique, malsain, ennuyeux et attentatoire à la cohésion sociale et à la souveraineté du pays, au delà de servir les ambitions de positionnement personnel dans le secteur du Pétrole de certains leaders politiques affairistes, les intérêts politiques inavoués d’une certaine opposition politicienne en mal d’ancrage social et désireuse de rattraper ce qu’elle n’a pas pu obtenir par les urnes, profite en définitive au lobby étranger et soumet notre pays à une plausible surenchère géopolitique aux conséquences lourdes sur la souveraineté et la paix sociale.

Dans un article précédent intitulé « la malédiction est en nous et non dans le pétrole », je soulignais que le pétrole n’avait que des vertus avec beaucoup de sous produits, beaucoup de métiers, d’Emplois et un impact économique et social inestimables. En tirant sur la sonnette d’alarme j’étais persuadé qu’ il dormait encore en beaucoup d’entre nous les démons de l’envie, de l’égoisme, du nombrilisme, du clanisme, du régionalisme que l’expérience de vivre en commun en tant que Nation, n’ a pas permis de gommer définitivement. IL s’y ajoute des contre-valeurs malheureusement validées socialement dont la boulimie du gain facile, la jalousie, la médisance ou l’œil maléfique sur la réussite du prochain et enfin certaines tares dont la perception erronée et réductrice de l’Etat assimilé à sa classe dirigeante, du bien commun qui n’est l’affaire de personne, de la démocratie synonyme d’anarchie, de la Liberté synonyme de permissivité.

Au demeurant depuis que l’apparition du pétrole a été annoncée dans notre pays tous ces avatars ont refait surface pour atteindre leur paroxysme avec l’internationalisation d’’une banale transaction boursière courante dans le milieu du pétrole entre Sociétés et qu’on s’époumone à présenter par Média interposés comme un « scandale du siècle » et du simple fait qu’ un battant citoyen Sénégalais employé d’une des Sociétés prospectrices a eu le malheur d’être le frère du Président de la République. Alors l’on refuse au citoyen d’être bien rémunéré par son Employeur, on reproche à l’Employeur et à sa société de n’avoir pas eu des compétences techniques alors qu’elle a fait l’essentiel (découvertes de gisements de pétrole et de Gaz) et au Frère Président d’avoir approuvé au nom de la continuité de l’Etat, deux contrats d’exploration et de production déjà signés par son prédécesseur et la partie contractante, avec les mêmes projets de Rapport de présentation de Decrets d’approbation déjà élaborés. Voilà les faits sur lesquels les bonnes questions auraient pu nous éviter tout ce vacarme et ce lâche coup de jarnac porté à l’image de notre pays. Les contrats sont-ils conformes à ceux en cours alleurs pour la phase d’exploration ? Que perd le Sénégal avec l’approbation des contrats ? qu’a perdu le Sénégal dans une transaction entre Sociétés privées au regard des contrats déjà signés par le régime précédent et au regard de notre code pétrolier d’alors (1998) ? Alioune Sall « facilitateur » ou courtier d’une Société étrangère dans une phase d’exploration aventurière, où il n’existe pas d’appels d’offres a-t-il droit à l’instar de tous ceux qui s’activent dans ce secteur de commissions après résultats ? A-t-il aliéné un rotin du pays? Depuis quand la spéculation dans le milieu des Affaires notamment du Pétrole, est-elle devenue un crime ou assimilable à de la corruption? Enfin entre approuver sans coup férir, des contrats portant déjà le sceau de l’Etat, les signatures des plus hautes Autorités d’alors, dans le fil de la continuité de l’Etat et des urgences pour sortir le pays du marasme économique et remettre en cause ceux-ci et ouvrir des contentieux lourds, longs et coûteux qui entameraient pour longtemps la crédibilité du Sénégal qui deviendrait ainsi champion du reniement ( Senlec, Arcelor Mittal, Gaz et Pétrole), Macky Sall pour des raisons qui ne relèvent que de la vue de l’esprit de gens tordus qui projettent leurs turpitudes sur les autres, avait-il le droit de démarrer son mandat dans la turbulence et l’absence de confiance des partenaires?

Alors le contenu des contrats et les pratiques dans le secteur invalident l’ensemble des récriminations et arguties avancées par une opposition en mal d’audience, une société civile qui se trompe de table et certains syndicalistes qui confondent torchons et serviettes. L’on évite de répondre à ces questions, on s’empresse de pactiser avec le diable en embouchant la muse des mauvais perdants, pour inviter désespérément au jeu de « Massacre ». Pourquoi diable s’acharne-t-on sur un Decret d’approbation qui n’est qu’un instrument protocolaire qui n’ajoute ni ne soustrait un iota au contenu des contrats déjà signés qui du reste sont des modèles standards dans le milieu et à travers le monde dans une phase d’exploration, au lieu de s’en prendre aux contrats et à leurs initiateurs ( régime précédent).

Du reste, les tirs groupés sur le Président Sall et son frère, le silence complice sur l’auteur de tous les autres contrats pétroliers et Gaziers, l’omerta sur les contrats des autres Ressources en exploitation (OR, Zircon, Gaz, phosphates, marbre, calcaire) et les vociférations sur la validation avec la Société « Pétro team » alors que l’ exploitation n’a pas encore démarré et toutes les dispositions pour une gestion transparente, sécurisée, inclusive et consensuelle sont mises en place, cachent mal une manœuvre politicienne et montre à suffisance que tous ceux qui gesticulent sur le pétrole ne sont pas mus par l’intérêt national mais par des intérêts inavoués. Le combat est purement politique et que cette opposition ne s’embrasse de s’allier à d’autres forces extérieures qui ne trouveraient pas leur compte dans le partage des blocs. La malédiction est donc à nos portes si nous ne revenions pas à la Raison en mettant en avant l’intérêt supérieur du pays, ceci en refusant d’être les marionnettes de l’impérialisme. Dans ce cadre il est triste et désolant d’entendre des compatriotes partisans de la rupture et de la souveraineté, invoquer comme parole de Bible des litanies internationales auxquelles les auteurs refusent de croire de se faire appliquer. se glorifier d’avoir porté leur combat au niveau d’institutions de pays étrangers qu’ils prennent comme référence, ignorant que l’essence même du modèle de Développement de ces pays référencés (le capital) est assis sur la spéculation et la corruption. N’est-ce pas là une démarche naïve et insolite de vassalisation ? Soyons plus sérieux et réglons nos problèmes entre nous et par nous même, les cadres existent et seront ce que nous en ferons.

A Bennoo nous devons rester vigilants et mobilisés pour mener à terme toutes les réformes structurelles qui sont entrain de révolutionner notre pays et qui suscitent haine et jalousie pour ceux qui en sont incapables et retenir qu’une révolution n’est jamais à l’abri de contrecoups qui requièrent, alerte lucidité et fermeté.

Waly Ndiaye