PEUPLE SÉNÉGALAIS : Le deal permanent sur ton dos

L’escalade de la surenchère de Wade a fini par payer.
En menaçant de saboter l’organisation du scrutin du 24 Février prochain, il a forcé et contraint le pouvoir à aller à la table des négociations en Guinée avec la France néo-coloniale comme caution.

Pauvre peuple sénégalais quand est-ce que tu vas te réveiller ?
Ils négocient sur ton dos loin de toi à Conakry sous l’œil bienveillant de la France qui tient absolument à ce que l’exploitation des resources naturelles du Sénégal se fasse dans la stabilité la paix sociale et le calme.
C’est le prix à payer et c’est toi pauvre peuple qui devra supporter la note.

Wade va enfin obtenir ce qu’il a toujours voulu : la réhabilitation de son précieux fils, qui va pouvoir rentrer au bercail tranquillement, d’abord par une première étape à Conakry en attendant le moment propice pour déposer ses baluchons à Dakar.
Alpha Conde va ainsi accueillir chez lui à bras ouverts celui qui te doit 138 milliards de FCA qui passeront par pertes et profits.

En contrepartie Wade va considérablement diluer son bissap et cesser ses appels au sabotage.
Si la météo politique n’est pas favorable à un appel au soutien à Macky Sall, il affichera une neutralité stricte sous le prétexte fallacieux qu’aucun candidat ne l’a convaincu par son programme.

Le grand perdant n’est personne d’autre que le pauvre peuple comme d’habitude.

On lui a dit à l’issu d’un procès fleuve que Karim Wade est coupable de détournements de deniers publics et d’enrichissement illicite, qu’il est condamné à 6 ans de prison ferme, 138 milliards de FCFA d’amende et 10 milliards de dommages et intérêts qu’il doit payer solidairement avec ses huit co-condamnés.
C’était le 23 Mars 2015.

Le 24 Juin 2016, soit 1 an et 3 mois plus tard, il est exfiltré de la Prison de Rebeuss dans des conditions rocambolesques suite à un deal en bonne et due forme ficelé dans le dos du peuple.

Jeudi 23 Juin 2016 vers 22 heures le colonel Daouda Diop, directeur de l’administration pénitentiaire, et le directeur de la maison d’arrêt de Rebeuss, Lamine Diop, font irruption dans la cellule de Karim Wade et lui confirment sa libération imminente : « Vous serez libéré cette nuit » lui disent-ils.

Vers 23 heures, les deux hommes sont de retour dans la cellule, accompagnés d’un agent du ministère des Affaires étrangères équipé d’une valise métallique imposante. « Ils l’ont informé qu’ils avaient ordre de lui établir le soir même un passeport diplomatique ».

Les photographies d’identité et la prise d’empreintes digitales sont donc effectuées dans la prison de Rebeuss, à quelques dizaines de minutes de sa libération.
La suite est digne d’un scénario de Hollywood :

Vers 1 h 30 du matin, c’est dans le véhicule du directeur de la maison d’arrêt que Karim Wade est discrètement exfiltré de son lieu de détention, via une porte dérobée.
Tandis qu’un véhicule 4×4 aux vitres teintées s’engouffre à vive allure sur la corniche ouest, qui borde la prison de Rebeuss, en guise de leurre pour éviter un attroupement populaire et la curiosité des médias.
le véhicule arrive finalement aux Almadies, chez l’avocat Me Madické Niang, qui feint d’oublier cet épisode lugubre et réclame ton suffrage actuellement.

Le temps de recevoir les bénédictions de Serigne Moustapha Mbacké, fils du Khalife des mourides, Karim Wade reprend la route jusqu’au tarmac de l’aéroport, où l’attend un jet affrété par les autorités du Qatar.
Il est accueilli par le procureur général de l’émirat, tandis que les autorités pénitentiaires sénégalaises l’escortent jusqu’à la passerelle.

Ô pauvre peuple!
Qu’ont fait les autorités que tu as élues pour récupérer cette somme de 138 milliards que le fils Wade te doit?
Rien au contraire tant que Karim reste loin et ne perturbe pas le processus de réélection il ne sera pas inquiété et aucun sou ne lui sera réclamé.

Trois parmi les principaux acteurs de cette sinistre opération, montée de bout en bout sur ton dos, sont là aujourd’hui en face de toi, ils ont besoin de toi et te font la cour avec toutes sortes de stratagèmes.
Il s’agit de Macky Sall, Abdoulaye Wade et Madicke Niang.

Puisqu’ils ont l’habitude de négocier et festoyer dans ton dos et que ça passe toujours comme lettre à la poste, ils recommencent :
au moment où ils te font les yeux doux, ils décident de ton sort loin de tes yeux indiscrets et seuls leurs intérêts sont pris en compte à savoir la réélection pour Macky Sall qui obsédé par cela, la réhabilitation et la préservation des intérêts exclusifs de Wade fils qui sont les seuls objectifs de Wade, le tout sous l’œil bienveillant de la France qui est une championne du monde de la préservation de ses intérêts partout dans le monde.
La malédiction du pétrole et du gaz a débuté depuis belle lurette.

Pauvre peuple sénégalais à présent je t’ai rafraîchi la mémoire afin que nul n’en ignore parce que l’amnésie te frappe toujours avec une facilité déconcertante.
Ce qui se fait sans toi se fait forcément contre toi.
Maintenant tu sais; à toi de prendre tes responsabilités.
« Mbediou kaname borom mokoy fadial bopam »
Ma carte mon arme !
À bon entendeur….