Photographié à son insu pendant une pause, l’agent de propreté Adama Cissé est licencié

Le cliché, pris dans une rue parisienne, a circulé sur Twitter. Renvoyé pour « faute grave », Adama Cissé attaque son ancien employeur Derichebourg aux prud’hommes de Créteil (Val-de-Marne).

On a bien cherché à joindre l’auteur de la photo, prise le 12 septembre 2018, dans une rue du cœur de Paris. En vain, pour le moment. Sur le cliché, pris par un riverain et posté ensuite sur le réseau social Twitter, on distingue un employé de propreté, identifiable à sa tenue verte et chasuble jaune, allongé sur le rebord d’une vitrine. Visiblement assoupi, il est pieds nus, ses chaussures de travail posées à côté de lui.

L’auteur de cette photo l’ignore sans doute, mais l’homme qu’il a ainsi immortalisé a perdu son emploi, quelques semaines plus tard. Adama Cissé, 37 ans, était salarié en CDI depuis 2011 dans le secteur de la propreté à Paris. Depuis 2015, il travaillait pour la société Polysotis, filiale du groupe Derichebourg, dont le siège est à Charenton-le-Pont.

Audience aux prud’hommes ce mardi

Licencié pour « faute grave », désormais en situation de précarité, cet habitant de Gagny a saisi les prud’hommes. L’audience se tiendra ce mardi, à Créteil (Val-de-Marne).

« C’était la pause, explique Adama Cissé. Je faisais la collecte des corbeilles [NDLR : les poubelles de rue], avec un chauffeur. Je me suis juste allongé pour me reposer. Le travail est difficile, on descend et on remonte dans le camion sans arrêt. »

Mais l’image déplaît. La photo circule sur Twitter, accompagnée d’une légende acide : « Ce soir à 17h40 rue Jean-Lantier 75001 Paris… Voilà à quoi servent les impôts locaux des Parisiens à payer les agents de propreté à roupiller, on comprend pourquoi Paris est si dégueulasse. »