Plus qu’une confiscation des résultats… un spectre apocalyptique

J’ai pitié pour Sonko et ses plus proches collaborateurs. Un régime qu’il a fait trembler de peur et qui a tout fait pour l’éliminer socialement et politiquement, vient de confisquer sa chance d’accéder au Pouvoir, et ses partisans se résignent comme l’argile sous l’eau. Certains de ses partisans se joignent même aux salves de félicitations adressées au tristement célèbre vainqueur de cette élection présidentielle.

Apparemment nombre de partisans de Sonko ne s’inquiètent pas de ce que ce régime tenterait pour mettre fin à la carrière à peine entamée de leur leader. Empêcher la venue au Pouvoir d’un homme qui risque d’éventrer les complots et les deals les plus funestes qu’un régime ait pu commettre est certainement un objectif important pour ce régime. Croyez-vous que si les élections se sont déroulées dans les conditions que l’on sait et ont connu l’épilogue funeste que l’on connaît c’est juste pour un fauteuil de Président de la République ? Croyez-vous que ce sont de simples postes qui étaient en jeu pour la soldatesque marron-beige et ses soutiens souterrains ?

Ce qui était et demeurera en jeu, chers compatriotes, ce sont des vies fantasmées, des carrières hasardeuses, des entreprises prédatrices, des marchés juteux, un programme culturel libertaire, un destin colonialiste, la continuité d’un système de blanchiment d’argent et d’enrichissement illicite massif via la dette publique, le maintien de la zone monétaire CFA, le bradage du littoral, etc.

Ces enjeux-là, ils peuvent bien valoir la corruption de la Justice, de la Presse, mais surtout la manipulation des résultats d’une élection présidentielle, surtout quand cela barre la route à des hommes et des femmes qui ont l’intention de mettre fin à tout ou partie de ce programme systémique.

En effet, ce serait faire montre de sainteté usurpée que de ne pas le croire, les systémards ne sont pas naïfs au point de ne pas user des conséquences de leur victoire déclarée pour s’assurer que l’horizon d’ici à l’extinction du Soleil ne présentera aucune menace pour eux et leurs affaires.

Pout Idy et ses camarades, également du système hélas, le danger sera moins grand. Il suffit de liquider les menaces dans l’Opposition (les potentiels rivaux dont Sonko) pour négocier avec soin une succession politique en sa faveur. Encore que des moins jeunes que Sonko, tels Barthélémy, Malick Noel, Bocoum et consorts, ne se laisseront pas enterrer par l’homme de Pasteef.

Le Pasteef sera désormais entre les feux du régime au Pouvoir et les manœuvres d’une Opposition plus vieille que lui et en réalité partie intégrante du système qu’il veut enterrer. De quoi donner du boulot et dilater l’adrénaline des anti-Systèmards.

Le moins dur sera de réussir à empêcher que Sonko et ses collaborateurs ne subissent le sort peu envieux de Karim Wade et de Khalifa Sall.

Comme quoi c’est une longue période de risques et d’incertitudes pour la nouvelle Opposition et le peuple oublié qui vient d’être ouverte par les ouvriers de la défaite récompensée du régime en place. Pourvu que tout cela ne se mue en odyssée apocalyptique pour notre peuple rajeunissant, prolétarisé et dessaisi de sa souveraineté sur la Constitution.