POLITIQUE AVEC LA SANTÉ : LE COMBLE DU CYNISME !

Combien de séminaires, tables rondes, symposiums et congrès avec pour thème « La gestion des urgences », depuis que j’étais jeune étudiant en médecine jusqu’à ce jour ?

Combien de spécialistes se sont penchés sur cette question durant toutes ces années avec des recommandations et des solutions identifiées écrites ?

Pour rappel j’ai soutenu ma thèse de Doctorat d’Etat en Médecine il y’a 20 ans maintenant justement sur le sujet :
« Prise en charge hospitalière des polytraumatisés » dans une étude prospective.

Je parle donc d’une chose que je connais et sur laquelle j’ai travaillé pendant longtemps je sais de quoi je parle.

Dans cette thèse nous avons identifié tous les problèmes depuis la phase pré hospitalière, le transport et le conditionnement, les délais d’admission trop longs, fait l’audit des services d’accueil des urgences qui ne le sont que de nom, souligné les problèmes de plateau technique, de personnels qualifiés, de capacité d’accueil et… formulé des solutions et des recommandations pour régler cette problématique de l’accueil des urgences.

Ce sinistre Ministre de la santé, dans une opération de cynisme sans précédent, sort une note circulaire et hop ! le problème des urgences est réglé.
Il désigne un bouc-émissaire ideal : les Medecins.

Cette note irrespectueuse et irrévérencieuse ne fait qu’attiser l’animosité l’adversité et la haine entre deux composantes (médecins et patients), condamnées à cheminer la main dans la main, ayant un adversaire commun : l’Etat qui, au lieu d’assurer ses obligations régaliennes, les met dos à dos.

Les frustrés qui n’ont rien compris, déversent leur colère enfouie depuis belle lurette sur les acteurs de la santé.

Lorsqu’on vous demandera de débourser pour payer le carburant de l’ambulance pour évacuer votre malade ou aller chercher du sang pour le sauver, lorsqu’on vous tendra une ordonnance pour payer la seringue, le matériel de perfusion et de pansement, le fil de suture, les médicaments anti-douleur etc…
Lorsque vous aurez vécu ces types de situation vous comprendrez.

La prochaine étape si l’on y prend garde c’est de voir les médecins qui officient da s les service d’urgences pris pour punching-ball et mur des lamentations ou stèle de JAMRA pour tous les usagers frustrés.